NOUVELLES
07/11/2012 06:24 EST | Actualisé 07/01/2013 05:12 EST

USA: l'auteur du film anti-islam condamné à un an de prison

AP
An Indian man walks over an American flag during a protest against an anti-Islam movie called "Innocence of Muslims" that mocked Islam's Prophet Muhammad in Hyderabad, India, Friday, Sept. 14, 2012. (AP Photo/Mahesh Kumar A.)

LOS ANGELES, 7 nov 2012 (AFP) - L'auteur du film anti-islam qui avait déclenché une vague de violences meurtrières dans les pays arabes, a été condamné mercredi à un an de prison pour violation de sa liberté conditionnelle dans une affaire de fraude bancaire, a annoncé un tribunal de Los Angeles.

Mark Basseley Youssef, 55 ans, connu précédemment sous le nom de Nakoula Basseley Nakoula, a reconnu avoir utilisé plusieurs pseudonymes, en violation de sa liberté conditionnelle.

En admettant sa culpabilité pour quatre chefs d'accusation -- notamment l'obtention d'un permis de conduire californien au moyen d'une fausse identité -- Mark Basseley Youssef a pu passer un accord avec le bureau du procureur, qui a abandonné quatre autres chefs d'accusation.

L'usage de fausses identités constituant une violation de sa liberté conditionnelle, il a été condamné par un tribunal fédéral de Los Angeles à un an de prison, suivis de quatre ans de contrôle judiciaire.

Mark Basseley Youssef avait été condamné en 2010 à 21 mois de prison pour avoir ouvert plusieurs comptes bancaires et cartes de crédit au moyen de fausses identités.

L'auteur du brûlot anti-islam "L'innocence des musulmans" avait été arrêté en septembre, après que son film eut déclenché une vague de violences au Proche-Orient, faisant plus de 50 morts, dont l'ambassadeur américain en Libye.

M. Youssef était domicilié à Cerritos, au sud de Los Angeles.

Il avait d'abord été brièvement entendu le 15 septembre par son agent de probation, dans le cadre de sa liberté conditionnelle.

Il s'était ensuite caché, craignant pour sa sécurité. La police avait aidé sa famille à le rejoindre deux jours plus tard, avant son arrestation le 27 septembre.

La justice avait alors ordonné son emprisonnement immédiat, sans possibilité de libération sous caution, au motif qu'il risquait de s'enfuir et présentait un danger pour la communauté. "La cour n'a pas confiance dans l'accusé", avait déclaré la juge.

Le film, de facture amateur, dépeint le prophète Mahomet comme un voyou aux pratiques déviantes.

Une des actrices du film, Cindy Lee Garcia, a affirmé avoir été trompée sur l'objet du film et a réclamé devant les tribunaux le retrait des extraits sur Youtube. Elle a été déboutée à deux reprises.

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifs dans le monde musulman