NOUVELLES
07/11/2012 05:15 EST | Actualisé 07/01/2013 05:12 EST

Après sa réélection, Obama quitte Chicago pour regagner Washington

Barack Obama a quitté mercredi son fief de Chicago (Illinois, nord) au lendemain de sa réélection à la tête des Etats-Unis, et était attendu à Washington en fin de journée, selon les journalistes accompagnant le président.

L'avion Air Force One, M. Obama et sa proche famille à son bord, a décollé peu avant 16H00 (22H00 GMT) de l'aéroport O'Hare de Chicago et devait atterrir après environ une heure et demie de vol sur la base aérienne d'Andrews, dans la banlieue est de la capitale fédérale.

M. Obama reviendra ensuite à la Maison Blanche où il a remporté mardi soir un second bail de quatre ans en triomphant de son adversaire républicain Mitt Romney.

Avant de partir de Chicago, où il a passé une courte nuit dans sa maison familiale des quartiers sud, le président s'est rendu au siège de son comité de campagne, au coeur de la grande ville du Midwest. Pendant plus d'une heure, il a remercié son équipe et serré des mains.

Le président américain a obtenu mardi soir 303 grands électeurs --il lui en fallait 270 pour gagner cette élection au suffrage universel indirect-- contre 206 à M. Romney, la Floride restant toujours indécise mercredi. Au niveau national, il a emporté environ 50,2% des voix contre 48,3% à son rival.

A Washington, M. Obama va immédiatement retrouver des dossiers difficiles, dont le plus urgent est le "mur budgétaire", expiration d'ici à la fin de l'année de dispositifs fiscaux et réglementaires. Selon des économistes, ce mur risque de faire replonger les Etats-Unis dans la récession si un accord n'est pas trouvé avec le Congrès.

Malgré sa victoire, M. Obama va devoir composer avec une branche législative dont les équilibres fondamentaux n'ont pas changé: une Chambre des représentants toujours dominée par ses adversaires républicains et un Sénat où ses alliés démocrates ont consolidé leur contrôle.

Cette configuration, qui restera en place jusqu'en janvier 2015, est précisément celle qui a mis les Etats-Unis plusieurs fois au bord de la crise budgétaire voire institutionnelle depuis 2011.

tq/lor

PLUS:afp