NOUVELLES
06/11/2012 08:47 EST | Actualisé 06/01/2013 05:12 EST

USA: retards et désordre pour voter à Hoboken, durement touchée par Sandy

De longues files d'attente impatientes se sont formées mardi à Hoboken, en banlieue de New York (nord-est des Etats-Unis), une ville durement touchée par l'ouragan Sandy où les électeurs sont venus voter parfois au milieu des débris.

Dans cette ville du New Jersey séparée de Manhattan par l'Hudson, un bureau de vote improvisé a ouvert avec 40 minutes de retard, à 06H40. (11H40 GMT).

Une soixantaine de personnes attendaient dans le froid, les nerfs à vif, entourés de débris laissés par la tempête.

"C'est inacceptable, nous sommes là depuis 06H00", maugrée Adora Agim, 38 ans, une ingénieur.

"Hier, quand j'ai appelé la mairie, ils m'ont dit d'aller dans mon bureau de vote habituel", explique-t-elle aussi. Elle s'est donc rendue dans l'école où elle vote habituellement.

En vain.

Elle y a trouvé un écriteau sur la porte, disant que le bureau de vote avait été déplacé dans un centre pour personnes âgées.

Les inondations avaient été trop importantes pour l'école.

Une fois que le bureau de vote improvisé a ouvert, un bénévole est venu s'excuser auprès de la petite foule mécontente.

"Excusez-nous pour l'état des locaux, mais il y a deux jours, ils étaient sous 60 centimètres d'eau", explique-t-il.

Agim, originaire du Nigeria, qui s'apprête à voter pour Obama, insiste sur l'importance de voter, quoi qu'il arrive, en dépit de Sandy.

"J'ai vécu dans un pays du tiers monde où votre vote ne compte pas", explique-t-il.

John Margolis, un banquier de 46 ans qui lui pense voter pour le républicain Mitt Romney, vient de découvrir que la machine électronique qu'il devait utiliser ne fonctionne pas. Un bénévole lui demande de rejoindre une autre file d'attente pour voter avec du papier. Mais la ligne est trop longue.

Et John préfère rentrer chez lui, et revenir, peut-être, plus tard dans la journée.

"Fiscalement je suis à 100% derrière Romney. Disons que je l'étais jusqu'à la semaine dernière", dit-il. Mais il a été impressionné par la réponse du gouvernement Obama à la tempête Sandy.

"La semaine a été très longue à Hoboken", dit-il. "Nous n'avons retrouvé l'électricité qu'hier", ajoute-t-il, acceptant les difficultés rencontrées pour voter.

Le New Jersey est un bastion démocrate, et le vote dans cet Etat est tout acquis au président Obama.

Le nord de l'Etat, et particulièrement Hoboken ont été très durement frappés par l'ouragan Sandy. Des centaines de milliers de personnes y restaient sans électricité mardi, et donc souvent sans chauffage, alors que les températures deviennent négatives la nuit.

L'essence y est toujours rationnée.

sms-tw/bd/bdx

PLUS:afp