Huffpost Canada Quebec qc

Québec réagit à la démission du maire de Montréal (PHOTOS/VIDÉO)

Publication: Mis à jour:

Le gouvernement du Québec accueille avec soulagement et tristesse la décision de l'ancien maire de Montréal, Gérald Tremblay, de quitter ses fonctions.

Le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, a salué la contribution politique de M. Tremblay tout en estimant qu'il avait pris la bonne décision pour la gestion de la Ville de Montréal.

« Il s'agit d'une décision qui est sage, qui est responsable, et c'est une décision [...] que nous respectons. » — Sylvain Gaudreault

Le ministre responsable de la région de Montréal, Jean-François Lisée, a indiqué que la Ville de Montréal tiendra un conseil municipal rapidement afin d'élire un maire pour assurer l'intérim jusqu'à la prochaine élection prévue pour le mois de novembre 2013.

Les deux ministres ont tenu à rassurer les Montréalais en soulignant qu'ils accompagneraient l'administration de la Ville de Montréal dans ce processus, afin que les grands projets d'infrastructures ne soient pas gelés durant l'intérim.

« Nous allons donc tout mettre en oeuvre pour que l'argent des Montréalais soit bien dépensé et nous allons travailler de concert avec la métropole pour nous assurer de son développement dans cette année de transition. » — Sylvain Gaudreault

Pas d'élection partielle

Le gouvernement du Québec n'a pas l'intention de présenter une loi spéciale pour organiser une élection générale hâtive. Le ministre Jean-François Lisée a indiqué que la Ville devra suivre le processus prévu lors de la démission d'un maire. Il estime que ce processus permettra à de nouveaux candidats de se présenter tout en laissant le temps à la poussière de retomber.

M. Lisée croit qu'une élection hâtive réduirait la campagne à la question sur l'intégrité au détriment des autres grands enjeux de la métropole. « Avec le processus institutionnel existant, il y aura du temps pour de nouveaux candidats, de nouveaux programmes, de vrais débats pour l'avenir de Montréal », a poursuivi M. Lisée.

Il a précisé que l'ex-maire de Montréal, Gérald Tremblay, avait eu une discussion avec la première ministre du Québec, Pauline Marois, samedi matin. M. Tremblay a informé M. Lisée à 17 h de sa décision d'annoncer sa démission à 19 h à Montréal.

MM. Lisée et Gaudreault ont indiqué qu'ils respectaient la réflexion que mène le maire de Laval, Gilles Vaillancourt. Ils ont rappelé que, contrairement au maire de Mascouche qui fait face à des accusations de nature criminelle, M. Vaillancourt n'est accusé de rien.

La CAQ veut un observateur indépendant pour gérer la transition

De son côté, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, juge le gouvernement trop timide dans sa réaction au départ du maire Tremblay.

« C'est la même équipe qui est là, précise M. Legautl. Je crois qu'on doit se demander si les citoyens, si les contribuables de Montréal peuvent avoir confiance que la prochaine personne qui sera nommée par Union Montréal pourra corriger ce qui n'a pas pu être corrigé depuis 11 ans par l'équipe de M. Tremblay. »

Il estime que Québec devrait nommer un observateur indépendant, « une personne de confiance », pour assurer l'intégrité du fonctionnement de la Ville durant la période de transition.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Démission de Gérald Tremblay
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Gérald Tremblay démissionne: le discours d'adieu et les réactions

Gérald Tremblay veut terminer son mandat

Démission du maire Tremblay - « En démissionnant, le maire a ...

Le corrupteur et le corrompu