NOUVELLES
06/11/2012 09:37 EST | Actualisé 06/01/2013 05:12 EST

Porto Rico choisi un gouverneur et vote sur ses liens avec les USA

NEW YORK, États-Unis - Les portoricains font face à une question fondamentale en ce jour d'élections: devraient-ils changer leurs liens avec les États-Unis?

Les citoyens de l'île, territoire américain, ne peuvent voter dans les présidentielles américaines mais plusieurs étaient enthousiastes à l'idée de participer à un référendum qui pourrait pousser le territoire vers l'indépendance, davantage d'autonomie, ou la voie de devenir un État.

Des voitures klaxonnaient et des gens agitaient des bannières de partis alors que des électeurs se rendaient vers des bureaux de scrutin, plusieurs arborant des ombrelles pour se protéger du soleil alors que la température approchait de 31 degrés.

Un référendum en deux parties demandait d'abord aux électeurs s'ils voulaient changer la relation entre Porto Rico entre les États-Unis, qui dure depuis 114 ans.

Une seconde question donne trois alternatives aux électeurs s'ils veulent modifier le statu quo: que Porto Rico devienne le 51e État américain, l'indépendance, ou «souveraineté libre association», qui donnerait plus d'autonomie au territoire de 4 millions de personnes.

Ramon Lopez de Azua, 42 ans, est en faveur du système actuel, qui donne aux portoricains la citoyenneté américaine mais ne les laisse pas voter pour le président sauf s'ils habitent aux États-Unis et leur donne une représentation limitée au congrès.

«Le problème de Porto Rico n'est pas son statut politique. Je crois que les États-Unis sont le meilleur pays sur la terre, mais je suis d'abord Portoricain», a-t-il dit.

Le président Barack Obama et son rival Mitt Romney ont dit tous les deux appuyer le référendum. Obama s'est engagé à respecter le désir de la population s'il y a une nette majorité. Tout changement devra être approuvé au congrès.

Les électeurs élisent aussi des législateurs et un gouverneur. Le gouverneur actuel Luis Fortuno, un républicain du New Progressive Party, qui prône la voie étatique, tente d'obtenir un second mandat. Il se présente contre Ajandro Garcia Padilla, dont le parti Popular Democratic Part est en faveur du statu quo.

Ceux en faveur de la voie étatique disent que Porto Rico obtiendrait 20 milliards de plus en fonds américains pour combattre le crime et relancer l'économie locale.

Un statut de souveraineté donnerait plus d'indépendance à l'île et la juridiction américaine ne s'appliquerait que dans certaines questions judiciaires.

PLUS:pc