NOUVELLES
06/11/2012 12:54 EST | Actualisé 06/01/2013 05:12 EST

Montréal doit éviter l'immobilisme, selon la Chambre de commerce

Des réformes majeures sont nécessaires à la Ville de Montréal pour rétablir les liens de confiance avec les citoyens, selon la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM).

Son président, Michel Leblanc, avance que les plus importantes priorités sont maintenant d'éviter que la métropole ne sombre dans l'immobilisme et que les citoyens puissent parvenir à se reconnaître dans leurs élus.

Tout en estimant que dans le contexte actuel, avec les révélations de la Commission Charbonneau, la direction de Gérald Tremblay était devenue difficile, M. Leblanc souligne que le maire démissionnaire pourra rapidement donner sa version devant la juge France Charbonneau.

La CCMM se permet aussi de faire son propre bilan de la gouvernance du maire Tremblay, qu'il estime mitigé. D'entrée de jeu, elle lui reconnaît avoir globalement amélioré la posture économique et financière de Montréal. Selon l'organisation, les finances se portent mieux qu'avant l'arrivée de Gérald Tremblay il y a 11 ans et de grandes réalisations, comme le Quartier des spectacles, font partie de son héritage.

En revanche, les faits « troublants » révélés par la Commission Charbonneau n'ont pas été corrigés par la gouvernance de Gérald Tremblay.

« Nous ne pensons pas que tout ça a commencé avec l'administration Tremblay, mais il était important et il aurait été préférable qu'elle corrige ces processus-là il y a longtemps », a jugé le président de la CCMM.

Michel Leblanc, estime que Gérald Tremblay a pris la bonne décision en quittant son poste de maire.

« C'est un moment que les gens attendaient. Le maire de Montréal pose un geste qui était nécessaire. Pour gouverner à Montréal, cela prend une confiance, cela prend une relation avec les citoyens. Cette relation était brisée », a-t-il déclaré.

PLUS: