Huffpost Canada Quebec qc

PHOTOS - Mitt Romney battu: les grands perdants des élections présidentielles américaines

Publication: Mis à jour:
BUSH GORE
Deux candidats battus aux élections présidentielles américaines: Al Gore (2000) et George Bush père (1992) | AFP

Ils ont fait campagne pendant deux ans, affronté des primaires homériques, dépensé des millions de dollars pour finalement échouer au pied du podium. Si les vainqueurs des élections présidentielles américaines ont rendez-vous avec l'Histoire, qu'advient-il des vaincus?

Le républicain Mitt Romney aura en tout cas attendu la toute fin de la soirée électorale pour reconnaître sa défaite. "Ann [Romney] aurait été une merveilleuse Première dame", a-t-il concédé avec un air de regret, non sans avoir souhaité bonne chance à son adversaire démocrate. Une manière de retarder son entrée dans le club prestigieux mais peu enviable des "losers" des élections présidentielles américaines.

Illustres inconnus, vice-présidents et présidents sortants, anciennes stars sur le retour... La plupart des grands vaincus des soirées électorales made in USA sont en effet rapidement tombés dans l'oubli. Mais une minorité d'entre eux a malgré tout réussi sa reconversion. L'ancien vice-président de Bill Clinton, Al Gore, a obtenu le prix Nobel de la Paix pour son engagement contre le réchauffement climatique. Battu par John F. Kennedy, Richard Nixon prendra sa revanche huit ans plus tard en conquérant à son tour la Maison Blanche. Quant au président sortant Jimmy Carter, il reste aujourd'hui un artisan de la paix mondialement reconnu.

Close
Les losers des élections américaines depuis 1960
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Sur le web

La réinvention réussie du candidat républicain Mitt Romney

Présidentielle américaine : deuxième set, Obama

Etats-Unis : Romney dépasse Obama dans un sondage

Wall Street progresse avant l'élection présidentielle américaine

"Obama, la dernière campagne"

"Romney a mené une campagne politiquement intelligente ...

Clôture stationnaire et regain de prudence des investisseurs

Et si Obama raflait plus que la mise

Lexique pour mieux comprendre la nuit électorale américaine

Le vrai bilan économique d'Obama