BIÈRE - C'est un peu la reine des bières, une bière très très spéciale que l'on ne s'offrira qu'une fois par an, voire jamais, ou seulement si l'on a beaucoup d'argent. La bière du brasseur Samuel Adams, nommée 'Utopia", coûte en effet environ 190 dollars la bouteille... Elle est fabriquée en édition limitée seulement tous les deux ans, et labellisée par son inventeur comme le "cognac" de la bière. Elle est faite avec du malt et houblon de très haute qualité et conservée dans différents tonneaux venus de régions lointaines comme le Nicaragua. Selon le fabricant le résultat est un mélange de miel, caramel, café, noix de coco et vanille équilibré par quelques notes de raisins, de prunes et de baies".

Mais c'est une bière sans être une bière: on la boit à température ambiante, et elle contient 29 degrés d'alcool. Elle est en fait tout aussi proche d'un digestif promet le brasseur. "C'est un bon alcool, mais ce n'est pas exactement une bière dans le sens classique du terme," écrit un critique sur le site Internet BeerAdvocate.

sam adams utopias

.

Loading Slideshow...
  • Parce que ça vous rend plus intelligent

    Aux Etats-Unis, les scientifiques de l'Université de l'Illinois ont découvert qu'après quelques verres d'alcool, la créativité augmentait de 50% quand le temps de réaction diminuerait de 25%. Selon une étude <a href="http://www.nypost.com/p/news/opinion/opedcolumnists/cheers_e2BUs2Q8AhleSbTuMGrv7I" target="_hplink">citée dans le <em>New York Post</em></a> et publiée cette année dans la revue <em>Consciousness and Cognitio</em>, des psychologues qui ont donné à leurs patients assez de cocktails vodka-cranberry pour atteindre la limite légale d'alcoolémie américaine -0.08 gramme-, leur ont demandé de s'isoler avec une liste de trois mots: pêche ("peach"), bras ("arm") et goudron ("tar"). Le but étant de revenir le plus rapidement possible avec un quatrième mot qui s'accorderait parfaitement avec les trois premiers. Pour les curieux, ce mot mystère est fosse ("pit"), ce qui nous donne aisselle ("armpit"), noyau ("peachpit") et puits de goudron ("tar pit"). Les volontaires qui avaient bu ont donné plus de bonnes réponses et cela plus rapidement. Ils ont résolu 9 jeux de mots en moyenne, contre 6 pour le groupe des sobres, et sont arrivés avec leurs réponses 3 secondes avant les abstinents. 25% plus vite, 50% plus créatif!

  • Parce que c'est bon pour vos os

    Le <a href="http://www.dailymail.co.uk/health/article-1205872/How-beer-stop-bones-going-brittle.html" target="_hplink">Daily Mail</a> rapporte qu'une étude britannique (encore eux, évidemment) s'est rendue compte que boire de la bière ne serait pas mauvais pour vos os. Elle contiendrait quelques ingrédients essentiels à la santé de vos os, tels que l'éthanol qui permettrait de diminuer la perte osseuse, ou encore le silicium, un composé qui joue un rôle important dans la formation des os. N'allez pas croire que la bière vous rendra plus fort(e). Ce bénéfice s'applique surtout aux femmes touchées par la ménopause qui ont besoin de silicium. Une pinte de bière contiendrait 8 milligrammes de silicium, l'équivalent d'un ters de l'apport quotidien recommandé. Mesdames, faites tout de même attention, le Daily Mail rapporte qu'une autre étude doublerait vos chances de développer un psoriasis, une maladie autoimune de la peau. Entre la peau et les os, il faut parfois savoir choisir.

  • Parce que vous ne prendrez pas de ventre

    C'est un mythe. En 2009, des chercheurs de l'Université de Göteborg (comme par hasard) ont cherché à savoir s'il y avait un lien réel entre consommation de bière et circonférence de l'abdomen. Bilan :<a href="http://www.nature.com/ejcn/journal/v63/n9/full/ejcn200939a.html" target="_hplink"> rien du tout</a>. Aucun rapport. Ce qui ne veut pas dire que la bière n'est pas calorique. Donc n'allez pas faire n'importe quoi non plus. Plus de 20 000 Allemands ont été pesés, mesurés, et ont répondu à un questionnaire sur leur consommation quotidienne de bière. Certes, boire de la bière a contribué à accroître la bedaine de certains des participants, mais pas que. Plus on boit de bière, plus on engraisse tout son corps, et pas uniquement le ventre. La bière ne serait donc pas plus responsable de la bedaine que le laisser-aller général des individus.

  • Parce que c'est votre argument minceur

    Vous allez dire que c'est n'importe quoi. Et pourtant, des chercheurs espagnols se sont rendus compte que la bière contient de l'acide folique, des vitamines, du fer et du calcium, autant d'éléments qui peuvent avoir un effet protecteur sur le système cardiovasculaire. Ils recommandent même de boire<a href="http://www.telegraph.co.uk/health/healthnews/8258224/A-pint-of-beer-a-day-keeps-the-doctor-away.html" target="_hplink"> un verre de bière par jour</a>. Le docteurs <a href="http://polyphenolresearch.com/members/ramon-estruch-phd-1" target="_hplink">Estruch</a> et Lamuela ont analysé le cas de 1249 hommes et femmes de plus de 57 ans. Ceux qui buvaient de faibles quantités de bière de manière régulière ont présenté moins de risque de souffrir de diabète ou d'hypertension. Ils présentaient aussi moins de graisse corporelle Les deux mêmes ont aussi montré que <a href="http://vidayestilo.terra.com.co/mujer/la-cerveza-hidrataria-igual-que-el-agua-luego-del-deporte,0e355508780a2310VgnVCM20000099f154d0RCRD.html" target="_hplink">boire de la bière hydrate autant que de boire de l'eau</a> après le sport. Ben voyons.

  • Parce que vous saurez rester sobre

    Comment? Tout simplement parce que vous êtes quelqu'un de très informé et qu'une <a href="http://www.plosone.org/article/info:doi/10.1371/journal.pone.0043007?imageURI=info:doi/10.1371/journal.pone.0043007.g002#cor1" target="_hplink">étude britannique</a> publiée récemment ne vous a pas échappé. Mais que dit-elle cette étude? Que les verres en forme de flûte incitent davantage à boire que les chopes classiques. Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire. Pour le savoir, le docteur <a href="http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CB0QFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.bris.ac.uk%2Fexpsych%2Fpeople%2Fangela-s-attwood%2Findex.html&ei=04ZcULnUAoic0AW2moGwBA&usg=AFQjCNERGCmQihkuVbQGTMVcBREZFmy6bA" target="_hplink">Angela Attwood</a> de l'Université de Bristol au Royaume-Uni a invité 160 volontaires à boire de la bière. Âgés de 18 à 40 ans, le docteur Atwood les a installés devant un documentaire animalier. Certains avaient des pintes en flûte, d'autres des chopes classiques. Ceux qui avaient des verres en forme de flûte ont terminé leur bière deux fois plus vite que les autres. CQFD.