NOUVELLES
06/11/2012 08:44 EST | Actualisé 06/01/2013 05:12 EST

Allemagne - Des violences rouvrent le débat sur la sécurité des stades

La violence dans le foot fait de nouveau la Une des médias allemands, police et politiciens appelant à l'action contre le hooliganisme alors que des nouvelles propositions destinées à renforcer la sécurité suscitent la controverse.

Les images de supporteurs masqués se battant avec les forces de l'ordre ont fait le tour des journaux TV le 20 octobre, lorsque des groupes du Borussia Dortmund et de Schalke 04 se sont affrontés, en marge du derby de la Ruhr, conduisant à 180 arrestations.

"Ces violences montrent clairement qu'il est temps d'agir", a dans la foulée déclaré Lorenz Caffier, président de la conférence des ministres de l'Intérieur des Länder (Etats régionaux), au magazine Sport Bild.

Mercredi, un groupe de 300 supporteurs de Dresde a pris d'assaut le stade de Hanovre, avec 21 arrestations et des blessés à la clé, retardant une rencontre de Coupe.

Statistiquement, un stade de Bundesliga est certes plus sûr qu'une visite à la fête de la bière de Munich, mais ces troubles ternissent la réputation du foot allemand.

"Il faut en tirer des conséquences. Ce ne sont pas nos supporteurs et ils ne sont pas les supporteurs que nous souhaitons avoir dans nos stades", a affirmé le président de Hanovre, Martin Kind.

Le débat est vif sur les moyens pour régler le problème mais la police considère déjà que le temps du débat est révolu, les ultras ou les hooligans tombant déjà par leurs actions sous le coup de la loi.

"Les auteurs de ces faits doivent être ciblés, identifiés et les procédures judiciaires doivent être ouvertes", a déclaré le chef du syndicat de la police allemande, Bernd Witthaut, sur la chaîne Sky Sport News.

"Il devrait y avoir un voire deux ou trois procureurs si possible pour assister aux matches, ça aurait un effet préventif", a-t-il jugé.

Jeudi, quelque 250 représentants de 49 clubs des quatre premières divisions se sont réunis à Berlin sur la sécurité. Si les participants sont tombés d'accord pour condamner les violences et organiser une seconde réunion, il n'y a pas eu de consensus sur la politique à suivre.

La DFL a appelé les clubs à trouver un accord avant le 12 décembre.

Côté supporteurs, la crainte est de voir évoluer les stades allemands, connus pour leurs places bon marché et leur affluence, vers le modèle britannique et ses tickets hors de prix.

Plusieurs clubs comme Stuttgart, champion 2007, Wolfsburg, champion 2009 ou les clubs de deuxième division St Pauli ou Union Berlin ont déjà dit leur opposition à la première mouture du projet de la commission "Sicheres Stadionerlebnis" (littéralement, "l'expérience du stade en toute sécurité") de la DFL.

Et plus de 35.000 supporteurs ont déjà signé la pétition contre les propositions de la Ligue, mise en ligne sur le site www.ich-fuehl-mich-sicher.de ("je me sens en sécurité").

Selon des statistiques du centre d'information de la police sur les enceintes sportives (ZIS), environ 17,6 millions de personnes sont allées dans les stades de 1re et 2e divisions en 2010 et 2011, et sur ce total, 846 ont été blessées, soit une pour 21.000 supporteurs.

En comparaison, pendant les deux semaines de la fête de la bière 2011, les organisateurs ont dénombré 10.322 victimes d'agressions sur un total de 7 millions de visiteurs.

ryj-elr/fjb/gd

PLUS:afp