NOUVELLES
06/11/2012 02:50 EST | Actualisé 06/01/2013 05:12 EST

Af du Sud: la police aurait manipulé les preuves sur les lieux d'une fusillade

JOHANNESBOURG, Afrique du Sud - La police sud-africaine pourrait avoir manipulé les preuves et ajouté des armes après avoir abattu 34 mineurs grévistes près des mines Marikana en août, s'il faut en croire des photographies présentées mardi à la commission d'enquête qui tente de faire la lumière sur ces événements.

Les photos prises par la police au lendemain de la fusillade montrent plus d'armes près des corps que celles prises immédiatement après les violences du 16 août.

Des vidéos portent également à penser que certains mineurs étaient menottés au moment où ils ont été abattus.

La commissaire de la police nationale, Riah Phiyega, a indiqué qu'une enquête a été ouverte pour tenter de comprendre ce qui s'est passé. Elle dit avoir reçu des éléments, il y a deux semaines, démontrant que la scène du crime avait potentiellement été modifiée.

Un avocat spécialiste des droits de la personne, George Bizos, estime de son côté que les preuves remises à la commission témoignent clairement d'une tentative pour camoufler la vérité.

Une photo prise immédiatement après les violences montre le corps d'un homme au sol. Une autre photo, prise quelques heures plus tard, montre le même homme, mais cette fois une machette à la main.

PLUS:pc