NOUVELLES
05/11/2012 12:38 EST | Actualisé 05/01/2013 05:12 EST

Nouvelle offensive armée et diplomatique des opposants à Assad

Une cinquantaine de membres des forces de sécurité fidèles au président Bachar Al-Assad ont été tués lundi dans une explosion survenue à Sahl el-Ghab dans la province de Hama, rapporte lundi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Des médias d'État évoquent plutôt deux morts.

Selon l'OSDH, l'attentat aurait été perpétré par un kamikaze issu du front Al-Nosra, un groupe salafiste se réclamant d'Al-Qaïda. Le directeur du groupe basé à Londres, Rami Abdelrahman, soutient que le secteur frappé abritait une base des forces de sécurité et des miliciens pro-Assad.

Toutes ces informations ne peuvent être vérifiées de source indépendante, les journalistes n'étant pas autorisés à travailler librement dans le pays.

Selon l'OSDH, des combats particulièrement intenses auraient fait pas moins de 118 morts lundi, dont 55 soldats. Le groupe recense entre autres un attentat ayant fait 5 morts dans le quartier Massé de Damas, et une attaque aérienne ayant tué 20 insurgés à harem, dans la province d'Idleb (nord-ouest).

L'entrepôt principal du Croissant-Rouge situé à Alep, deuxième ville du pays, a pour sa part été réduit en cendres par un incendie. Les stocks de couvertures pour l'hiver, de nourriture et de produits pour nourrissons qu'il contenait sont partis en fumée.

Entre-temps, le Conseil national syrien (CNS) est réuni à Doha, au Qatar, pour tenter de retrouver sa représentativité, critiquée par la communauté internationale, et plus particulièrement de l'administration Obama.

Un porte-parole du groupe, Ahmad Kamel, a déclaré à l'AFP que les participants à la réunion « ont approuvé le projet de restructuration et de réduction des membres du secrétariat général, afin de pouvoir accueillir 200 nouveaux membres représentant 13 groupes politiques et des indépendants ».

Selui lui, le secrétariat général comptera désormais 220 membres, plutôt que 313. C'est sous cette nouvelle forme qu'il se réunira mardi pour débattre des mérites des propositions lancées par un ex-député syrien, Riad Seif.

Ce dernier souhaite intégrer le CNS dans une nouvelle structure, appelée le Comité de l'initiative nationale syrienne, afin d'« éviter un vide politique au moment de la chute du régime d'Assad ».

Ce nouveau comité chapeauterait une nouvelle instance politique, un conseil militaire suprême supervisant les activités de l'Armée syrienne libre (ASL) et un gouvernement intérimaire formé de démocrates.

Riad Seif croit que cette nouvelle structure permettrait « de soutenir l'Armée syrienne libre, d'administrer les zones libérées, de créer un fonds de soutien du peuple syrien et de garantir une reconnaissance internationale ».

Les propositions de Riad Seif doivent être débattues jeudi lors d'une réunion de l'opposition convoquée par la Ligue arabe et le Qatar à Doha.

PLUS: