NOUVELLES

New York: l'essence flambe au marché noir, des centaines de plaintes

05/11/2012 05:41 EST | Actualisé 05/01/2013 05:12 EST

Les prix de l'essence flambaient lundi au marché noir à New York, parfois proposé à cinq fois son prix sur internet, et les autorités ont annoncé avoir ouvert une enquête après avoir reçu des centaines de plaintes sur des augmentations de prix abusives depuis le passage de l'ouragan Sandy.

Sur le site Craigslist, les prix de l'essence variaient de 10 à 20 dollars dollars le gallon (3,78 litres) alors qu'il coûte ordinairement moins de 4 dollars.

"Le réservoir de ma camionnette est plein. Je vends 5 gallons pour 100 dollars, pris directement du réservoir de ma camionnette devant vous" proposait ainsi un vendeur de Brooklyn, ajoutant qu'il était prêt à se déplacer jusqu'à chez l'acheteur, à condition qu'il soit du quartier.

Un autre particulier en proposait 6 gallons pour 60 dollars dans le Bronx.

Des générateurs, précieux pour ceux qui n'ont pas de chauffage, étaient également proposés à des prix nettement au-dessus de la normale.

La justice new-yorkaise a annoncé l'ouverture d'une enquête, après avoir reçu des centaines de plaintes, la plupart concernant le prix de l'essence, mais aussi d'autres produits de première nécessité comme l'eau.

Dans un communiqué, le procureur de New York Eric Schneiderman a rappelé que lors de catastrophes naturelles, la loi de l'Etat interdisait d'augmenter les prix des produits de première nécessité "de manière excessive", qu'il s'agisse de nourriture, eau, essence, générateurs, piles et lampes de poche, mais aussi des transports.

Il a invité les New-Yorkais à signaler tout abus à ses services par mail ou téléphone.

La loi s'applique aux petits commerces, aux supermarchés, aux stations service, mais aussi aux taxis et aux magasins de bricolage notamment.

Nous avons "zéro tolérance" pour ce genre de comportement, a prévenu le procureur, et "nous ferons le maximum pour faire cesser les pratiques de ces individus sans scrupules qui profitent" des victimes de Sandy.

bd/bdx

PLUS:afp