NOUVELLES
05/11/2012 01:50 EST | Actualisé 04/01/2013 05:12 EST

Lock-out et LNH: Optimisme méfiant

AFP

Après 51 jours de lock-out et après des offres balayées du revers de la main en moins de 15 minutes, il en faudra beaucoup pour soulever de l'enthousiasme chez les joueurs pendant les négociations.

Les progrès de la fin de semaine entre la Ligue nationale et l'Association des joueurs sont donc loin d'émouvoir Maxime Talbot et Bruno Gervais.

« Tu regardes l'historique de Gary Bettman, comment peux-tu ne pas être méfiant, lance Talbot lundi, en marge de la conférence de presse où il a confirmé la fin de la Tournée des joueurs. C'est son troisième lock-out. C'est dommage, le sport va tellement bien. En 2004, il y avait peut-être de plus gros problèmes à régler, mais là, on se demande pourquoi. On reste méfiant, mais on est encouragé. »

Les pourparlers entre les numéros 2 des deux clans, Bill Daly et Steve Fehr, ont été fructueux et les négociations reprendront mardi. Vendredi dernier, quelques heures après l'annulation de la Classique hivernale, il était même question d'un important compromis que les propriétaires auraient fait quant au respect des ententes signées par les joueurs avant l'expiration de l'ancienne convention.

Là aussi, la méfiance demeure de mise.

« C'est arrivé la même journée que l'annulation, a rappelé Bruno Gervais, également présent à la conférence de presse. La ligue est très bonne au niveau stratégique. Ça a fait passer inaperçue l'annulation de la Classique hivernale, elle a enterré ça rapidement avec les progrès. Mais même si ça enterre une nouvelle, je suis content des progrès. »

Talbot et Gervais restent tous les deux accrochés au fait que les deux parties aient présenté, à la mi-octobre, des offres qui prévoyaient un partage des revenus de 50-50, même si ce partage « égal » n'a pas toujours la même définition. « On parle le même langage », répètent-ils.

Mais à leurs yeux, les compromis semblent seulement être le lot des joueurs, pas des propriétaires. C'est Gervais qui l'a le mieux présenté.

« Peut-être qu'on peut trouver un plancher de danse neutre avec de la bonne musique. On a dansé quelques chansons de leur côté, on a fait de bons pas de danse. On aimerait ça qu'ils nous rejoignent pour une petite salsa! »

Et l'Europe?

La Tournée des joueurs maintenant chose du passé, les quelque 20 patineurs mêlés à l'aventure devront se tourner vers d'autres avenues pour maintenir la forme. L'une d'elles passe bien sûr par l'Europe, une voie empruntée par plus de 160 joueurs jusqu'ici.

La reprise des négociations n'empêchera pas les joueurs de poursuivre leurs démarches, du moins si l'on se fie à Talbot. Passer deux semaines dans un vrai circuit organisé vaut mieux que rien du tout, a-t-il laissé entendre.

Talbot s'est dit intrigué par la Finlande, là où jouent actuellement les Québécois Stéphane Robidas et Jason Demers, de même que l'attaquant du Canadien Lars Eller, participant aux premières rencontres de la Tournée des joueurs. Rien n'est toutefois signé.