NOUVELLES
05/11/2012 05:31 EST | Actualisé 05/01/2013 05:12 EST

Le dossier iranien hante Nétanyahou

Dans une entrevue à la télévision israélienne lundi, le premier ministre Benyamin Nétanyahou a déclaré être « prêt, s'il le faut » à attaquer les installations nucléaires iraniennes.

« J'espère que ce ne sera pas le cas. En fin de compte, la responsabilité repose sur le premier ministre, et tant que je serai premier ministre, l'Iran n'aura pas l'arme nucléaire. S'il n'y a pas d'autre moyen, Israël est prêt à agir », a insisté M. Nétanyahou.

Les déclarations du premier ministre israélien ont l'allure d'une réplique à un documentaire diffusé par la même chaîne dans lequel on apprend que M. Nétanyahou et son ministre de la Défense, Ehoud Barack, avaient ordonné en 2010 à l'armée de préparer une attaque contre l'Iran, mais l'état-major de l'armée s'y était opposé.

Lors d'une réunion le « Forum des sept », une instance regroupant les sept plus importants ministres et à laquelle participaient le chef d'état-major, le général Gaby Ashkenazi, et le chef du Mossad, Meïr Dagan, M. Nétanyahou a ordonné d'élever le niveau de préparation de l'armée de façon à ce qu'elle soit prête à passer à l'action.

Le chef du Mossad Meïr Dagan a rejeté l'ordre du premier ministre arguant qu'une décision d'une telle ampleur doit être prise par le cabinet de sécurité, qui regroupe 15 ministres.

De son côté, le général Ashkenazi a estimé que l'élévation du niveau d'alerte risquait de « créer de nouveaux faits sur le terrain », selon la chaîne de télévision.

Selon la version d'Ehoud Barack, le chef d'état-major avait répondu à M. Nétanyahu que l'armée n'était pas prête, car elle ne disposait pas des moyens opérationnels de mener une attaque contre l'Iran.

« stupide »

Mais le site du quotidien Haaretz rapporte que le général Ashkenazi, après avoir quitté ses fonctions, avait affirmé que l'armée était prête pour une attaque, mais qu'il était convaincu qu'une telle option constituerait une « erreur stratégique ».

Pour sa part, Meïr Dagan a publiquement qualifié de « stupide » l'idée d'une attaque contre l'Iran, après avoir quitté le Mossad.

Le dossier du nucléaire iranien occupe largement la politique étrangère d'Israël depuis plusieurs mois.

M. Nétanayhou a tenté à de nombreuses reprises de convaincre ses alliés américains de le soutenir dans une éventuelle attaque contre l'Iran, mais l'administration américaine a montré des réticences.

Lors de la dernière Assemblée générale de l'ONU, le premier ministre israélien a plaidé sa cause pour que les Nations unies stoppent les ambitions nucléaires iraniennes.

PLUS: