NOUVELLES
04/11/2012 08:10 EST | Actualisé 04/01/2013 05:12 EST

Le gouvernement libyen prêtera serment jeudi (président de l'Assemblée)

Le gouvernement libyen prêtera serment le 8 novembre, a annoncé dimanche le président de l'Assemblée nationale Mohamed Megaryef, après des manifestations de protestation contre certains ministres du nouveau cabinet.

"La prestation de serment aura lieu jeudi" 8 novembre, a déclaré M. Megaryef lors d'une réunion du Congrès général national (CGN) retransmise à la télévision.

Les députés du CGN, la plus haute autorité politique du pays, ont approuvé le 31 octobre la composition du gouvernement élargi de 30 ministres proposée par le Premier ministre Ali Zeidan.

M. Zeidan est le deuxième chef du gouvernement désigné depuis l'élection du CGN en juillet. Son prédécesseur, Moustapha Abou Chagour, avait échoué à obtenir la confiance de l'assemblée.

Le nouveau gouvernement a un mandat d'un an pour organiser de nouvelles élections sur la base d'une Constitution dont la rédaction se fait attendre.

Le Premier ministre a choisi de confier à des indépendants des ministères clés tels que les Affaires étrangères, les Finances, la Justice, l'Intérieur ou encore la Défense, mais son cabinet comprend aussi des personnalités issues des principaux partis islamistes et libéraux représentés à l'Assemblée.

Si la majorité du CGN a approuvé la composition du gouvernement, un nombre non-négligeable de députés ont fait part de leurs objections quant aux choix de plusieurs ministres contestés pour leurs liens avec le régime déchu de Mouammar Kadhafi.

La composition du gouvernement a également donné lieu à des manifestations de protestation. Une dizaine de manifestants ont fait irruption dans les locaux du CGN mardi, et une centaine d'anciens combattants ont ensuite occupé pendant plus de 24 heures les abords de l'Assemblée.

Ces incidents viennent rappeler la fragilité de la transition politique dans le pays depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011. Dimanche, une explosion a encore blessé quatre policiers d'un poste de police à Benghazi (est).

dsg/tg/fc

PLUS:afp