NOUVELLES
04/11/2012 04:08 EST | Actualisé 03/01/2013 05:12 EST

La cathédrale du Caire pleine à craquer pour la désignation du patriarche

La grande cathédrale Saint-Marc du Caire était pleine à craquer dimanche pour la cérémonie au cours de laquelle doit être désigné le futur chef spirituel des Coptes orthodoxes d'Egypte, une communauté inquiète face à la montée de l'islamisme.

La cérémonie, qui doit durer plusieurs heures, a débuté dans la matinée en présence de nombreux ecclésiastiques et de fidèles, dans une atmosphère recueillie, au milieu des prières, des psaumes et des vapeurs d'encens.

Plusieurs centaines de personnes n'ont pu accéder à l'édifice bondé, et suivaient l'événements sur des écrans installés à l'extérieur. Une vingtaine de camions de la police étaient également garés devant la cathédrale pour assurer la sécurité.

"Nous demandons au Saint-Esprit de nous apporter son soutien", a déclaré l'évêque Pachomius, le chef par intérim de l'Eglise. Le rite, qui prévoit que le nom du patriarche doit tiré au sort par un enfant aux yeux bandés "constitue une bénédiction particulière pour celui qui sera choisi", a-t-il ajouté.

"C'est une journée historique pour nous, je tenais absolument à assister à la cérémonie. Ce n'est pas tous les jours que l'on choisit un pape!", a affirmé Romanda Nasser, une étudiante de 20 ans.

Le nouveau patriarche succèdera à Chenouda III, décédé en mars après quatre décennies à la tête de la plus grande communauté chrétienne du Moyen-Orient. La procédure de succession, codifiée en 1957, prévoit qu'un enfant tire au sort parmi trois feuilles de papier portant chacune le nom de l'un des postulants.

L'église s'est engagée à ce que la procédure soit publique et filmée, afin d'éviter tout scepticisme ou contestation.

Les trois candidats, pré-sélectionnés lors d'un vote à bulletin secret le 29 octobre par un collège de près de 2.500 religieux et personnalités coptes laïques sont les évêques Raphaël (54 ans) du Caire et Tawadros (60 ans) de Beheira (delta du Nil), ainsi que le moine Raphaël Ava Mina (70 ans).

Le 118ème "pape d'Alexandrie, patriarche de toute l'Afrique et du siège de Saint Marc" sera ensuite intronisé lors d'une cérémonie prévue le 18 novembre.

Les Coptes représentent de 6 à 10% des 83 millions d'Egyptiens, et leur Eglise, l'une des plus anciennes de la chrétienté, fait remonter sa fondation à Saint Marc l'évangéliste à Alexandrie.

La succession de Chenouda III survient dans un climat d'inquiétude face aux progrès de l'islamisme, qui se sont traduits par l'élection en juin d'un président issu des Frères musulmans, Mohamed Morsi.

"J'espère que le prochain pape nous aidera à mieux vivre ici en Egypte. Nous voulons avoir davantage de positions importantes, pouvoir prier sans restrictions et vivre dans la justice", a déclaré Atef Makram, un technicien de 48 ans venu assister à la cérémonie.

La multiplication des violences à caractère confessionnel a accru cette inquiétude. Le 31 décembre 2010, un attentat avait ainsi fait une vingtaine de morts dans une église d'Alexandrie (nord), et d'autres événements violents, parfois meurtriers, ont suivi.

Les Coptes s'estiment depuis longtemps victimes de discriminations et d'une sous-représentation au sein du gouvernement et de la haute fonction publique. Ils déplorent également des restrictions pour la construction des églises, alors que les règles sont très libérales pour les mosquées.

La communauté copte est également traversée de débats internes, sur la question du divorce, strictement interdit, ou sur la place de l'Eglise dans la vie politique.

ht-cr/fc

PLUS:afp