NOUVELLES
04/11/2012 01:43 EDT | Actualisé 04/01/2013 05:12 EST

GP d'Abou Dhabi - Déclarations d'Alonso et Vettel

Fernando Alonso (ESP/Ferrari), 2e: "Je suis très heureux, parce qu'on n'était pas super-compétitifs ce week-end. Nos simulations avant la course nous faisaient espérer une 5e ou une 6e place, en marquant huit ou dix points. En faisant un seul arrêt pour changer de pneus, on ne savait pas trop comment ils allaient se comporter en fin de course, et à quel point Sebastian (Vettel) allait être une menace. On s'est concentrés uniquement sur notre course, pas sur ce que faisait Sebastian, et finalement on s'est battus pour la victoire, en fin de course, quand j'ai attaqué à 150% pendant les huit derniers tours pour revenir sur Kimi (Räikkönen). On s'est bien battus pendant toute la course, j'ai fait des bons dépassements au début, la voiture était parfaite pour la course, la stratégie a été parfaite, l'arrêt au stand parfait, et franchement cette deuxième place c'est le maximum qu'on pouvait espérer aujourd'hui, avec ce que nous avions à notre disposition, au terme d'une course fantastique. Une victoire nous aiderait, dans l'un des deux derniers Grands Prix, mais peut-être qu'elle ne sera pas indispensable. Il faut continuer à travailler à Maranello, jour et nuit, on fait le maximum et je suis sûr qu'à la fin ça va être suffisant (pour remporter le titre). Si on finit devant Sebastian dans les deux dernières courses, on aura peut-être une chance. C'est notre seul objectif".

Sebastian Vettel (GER/Red Bull-Renault), 3e: "Je pensais bien être capable de monter sur le podium, même si en début de course cet objectif semblait un peu compromis. J'ai pris un départ un peu compliqué, à l'arrière du peloton, et j'ai abîmé mon aileron avant. Puis j'ai failli faire une grosse erreur pendant la première neutralisation, quand je me suis retrouvé derrière Daniel (Ricciardo), j'aurais dû être plus vigilant quand il a freiné en ligne droite, et j'ai été très surpris. Après ça, c'était une course fantastique, en attaquant tout le temps, et en me faisant très plaisir. Les sorties de la voiture de sécurité m'ont aidé, surtout la deuxième, et après je me suis bien battu avec Jenson (Button), qui a été le plus difficile à dépasser même s'il a été fair-play. Ce n'est pas le genre de dépassement que j'aurais pu tenter avec certains autres pilotes du plateau. Si j'avais perdu moins de temps derrière Jenson, qui était aussi en train de dépasser des voitures plus lentes, j'aurais peut-être pu aller chercher Fernando (Alonso) et Kimi (Räikkönen), mais il m'a manqué quelques tours. C'était un super Grand Prix, très excitant, et c'est aussi pour ça qu'on fait de la course automobile. A la fin, ça fait plaisir de monter sur le podium, de recevoir un trophée et de boire du champagne... même si ce n'est pas vraiment du champagne, mais ça a bon goût. Bien sûr, si j'étais parti de la 3e place sur la grille (ndlr: sa place en qualifications, avant une sanction), la course n'aurait pas été la même. Aujourd'hui, on risquait gros, on pouvait tout rater, et finalement on n'a pas perdu grand chose."

dlo/jmt

PLUS:afp