NOUVELLES
04/11/2012 12:25 EST | Actualisé 04/01/2013 05:12 EST

Des islamistes du nord du Mali au Burkina Faso pour entamer des négociations

Des représentants du gouvernement malien et une délégation des groupes islamistes qui contrôlent le nord du Mali se sont réunis samedi à Ouagadougou pour rencontrer le président burkinabé Blaise Compaoré, qui tente de négocier une solution au conflit.

Depuis plusieurs mois, le Burkina Faso tente d'éviter une intervention militaire et enjoint l'un des principaux groupes islamistes, Ansar Dine, à prendre ses distances avec le réseau terroriste Al-Qaïda.

Abass Ag Intalla, un responsable important du groupe extrémiste Ansare Dine, a déclaré à l'agence Associated Press samedi qu'il se trouvait à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, en tant que chef de la délégation rencontrant Blaise Compaoré, le président du Burkina Faso choisi par la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) pour être médiateur de la crise malienne.

Ces pourparlers des islamistes d'Ansar Dine avec Blaise Compaoré interviennent alors que le gouvernement français tente de mettre en place, en concertation avec la communauté internationale, une intervention militaire au Mali pour mettre fin à l'occupation du nord du pays par les islamistes.

Le Burkina Faso a tenté de négocier avec les islamistes du nord du Mali depuis plusieurs mois. En août, le ministre burkinabé des Affaires étrangères Tieman Coulibaly s'est rendu dans les villes du nord du Mali, Gao et Kidal, toutes deux contrôlées par les islamistes.

À Kidal, le ministre burkinabé a rencontré Iyad Ag Gali, le chef du groupe Ansar Dine. L'envoyé burkinabé a appelé le groupe islamique à prendre ses distances avec les autres groupes terroristes et fondamentalistes, opérant dans le nord du Mali.

Ansar Dine a contacté l'Algérie voisine, où AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique) a ses bases, a révélé un responsable diplomatique algérien. Sous couvert d'anonymat, ce responsable a ajouté que l'Algérie pouvait être « un facilitateur » dans la résolution de la crise malienne.

La secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton a rencontré la semaine dernière le président algérien Abdelaziz Bouteflika sur la question du Mali. L'Algérie a traîné des pieds sur la question de l'intervention africaine au Mali. Selon Hillary Clinton, le président algérien veut mettre en garde contre une action irréfléchie.

Associated Press

PLUS: