NOUVELLES
03/11/2012 06:37 EDT | Actualisé 03/01/2013 05:12 EST

Mali: Ansar Dine prêt à prendre ses distances avec Aqmi (journal algérien)

Le groupe islamiste radical malien Ansar Dine, dont une délégation était attendue à Alger, serait prêt à prendre ses distances avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a rapporté samedi le quotidien El-Watan citant un "haut responsable algérien".

Selon ce responsable, le chef d'Ansar Dine, Iyad Ag Ghaly, qui a toujours maintenu des liens avec Alger, "serait prêt à faire une déclaration dans laquelle il prendra officiellement ses distances d'Aqmi et acceptera de jouer le jeu de la +démocratie+", lit-on dans le journal.

Cette source "autorisée" s'attend à une sortie médiatique "dans les tout prochains jours" du patron de cette organisation pour signifier son divorce d'avec Aqmi et son soutien à l'option internationale du dialogue politique.

Ansar Dine est un des groupes islamistes armés qui occupent le nord du Mali où il applique brutalement la charia (loi islamique) dans les zones sous son contrôle.

Pour El-Watan, "sous réserve de la concrétisation de cet engagement d'Ansar Dine, l'Algérie aura réussi son pari de faire changer le fusil d'épaule à un mouvement qu'elle était la seule à considérer comme +récupérable+".

Selon la source algérienne, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton aurait accepté, lors de ses entretiens le 30 octobre à Alger, "une sorte de sursis" à l'Algérie "pour réussir à faire entendre raison au controversé mouvement avant de lancer l'assaut".

Un proche d'Iyad Ag Ghali avait annoncé vendredi avoir envoyé à Ouagadougou et Alger des délégations pour négocier "la paix".

Les émissaires envoyés au Burkina Faso sont arrivés vendredi soir, mais Alger n'avait toujours pas confirmé samedi l'arrivée de l'autre délégation.

Des experts africains, y compris algériens, européens et onusiens étudient jusqu'à dimanche à Bamako le "concept d'opération" d'une intervention armée destinée à reconquérir le nord du Mali.

Le Conseil de sécurité de l'ONU avait adopté le 12 octobre une résolution préparant le déploiement d'une force ouest-africaine de quelque 3.000 hommes au Mali donnant jusqu'au 26 novembre à la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) pour préciser ses plans sur cette intervention.

bmk/vl

PLUS:afp