NOUVELLES

Israël se distancie de remarques acerbes d'un responsable contre l'Égypte

03/11/2012 05:37 EDT | Actualisé 03/01/2013 05:12 EST

JÉRUSALEM - Le ministre israélien de la Défense Éhoud Barak s'est distancié de commentaires d'un de ses principaux collaborateurs, qui a qualifié le gouvernement égyptien de «dictature choquante», et déclaré qu'il n'y avait pas de dialogue entre les deux pays.

Selon M. Barak, la déclaration d'un responsable du ministère de la Défense, Amos Gilad, ne reflète pas la position israélienne. Le ministre a également fait savoir que les mots de son collaborateur avaient été lancés après qu'il eut parlé longuement de l'importance du traité de paix et de relations normalisées entre l'État hébreux et l'Égypte.

M. Gilad prononçait vendredi un discours devant des étudiants dans la ville de Herzliya. Ses remarques ont été largement rapportées par les médias israéliens.

Selon lui, il y a eu d'importants changements historiques en Égypte depuis la montée en puissance des Frères musulmans.

Pour M. Gilad, Israël n'existe pas aux yeux du groupe islamiste. Il n'existe pas de dialogue à un niveau politiquement élevé entre Israël et le président égyptien, a-t-il ajouté, estimant que celui-ci ne se matérialiserait pas.

Toujours selon M. Gilad, une dictature a émergé d'un désir de démocratie, et les jeunes gens ayant manifesté sur la place Tahrir ont disparu.

Les relations israélo-égyptiennes ont été mises à mal depuis le renversement du président de longue date Hosni Moubarak lors d'une révolte populaire, l'an dernier. Son successeur, Mohammed Morsi, est issu des rangs des Frères musulmans.

Israël s'est retenu de critiquer le gouvernement Morsi, et les commentaires de M. Gilad sont rares.

Le traité de paix avec l'Égypte est essentiel à la sécurité d'Israël, et les leaders de l'État hébreux ne veulent pas empirer une situation déjà relativement mauvaise.

PLUS:pc