NOUVELLES
03/11/2012 05:23 EDT | Actualisé 03/01/2013 05:12 EST

Israël: Barak désavoue les déclarations d'un de ses proches sur l'Egypte

Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a désavoué samedi les déclarations faites la veille par un haut responsable de son ministère qui avait estimé qu'aucun dialogue n'était en vue avec le président égyptien Mohamed Morsi, a indiqué la radio publique.

"Les commentaires d'Amos Gilad ne reflètent pas les positions du ministère de la Défense", a indiqué M. Barak, cité par la radio.

Amos Gilad, directeur du département militaire du ministère de la Défense, a effectué avant et après la chute du régime d'Hosni Moubarak début 2011, de nombreuses visites au Caire pour rencontrer notamment des hauts responsables militaires égyptiens.

Il a affirmé vendredi qu'il "n'y a pas de dialogue entre nos plus hauts dirigeants et le président (égyptien) et, selon moi, il n'y en aura pas". "Ce que j'appréhende le plus, ce sont les Frères Musulmans, car il s'agit d'un mouvement idéologique qui connaît une nouvelle vie", a ajouté ce général de réserve.

"Leur idéologie n'a pas changé. Israël n'a pas le droit à l'existence et ils (les Frères musulmans) veulent établir un califat islamiste", a-t-il ajouté en affirmant qu'une "radicalisation de l'Egypte à la suite de l'arrivée au pouvoir des Frères Musulmans a provoqué l'émergence d'une terrible dictature à partir d'un désir de démocratisation" en Egypte.

Israël a réagi avec inquiétude à la montée en force des Frères Musulmans après la chute du régime de Moubarak. Les responsables craignent qu'ils remettent en cause le traité de paix conclu en 1979 entre les deux pays, le premier signé par l'Etat hébreu avec un pays arabe.

En présentant en octobre ses lettres de créances au président israélien Shimon Peres, le nouvel ambassadeur d'Egypte en Israël, Atel Salem, avait cependant tenté de rassurer ses interlocuteurs.

"Je suis venu avec un message de paix et je suis venu pour confirmer que nous voulons vraiment travailler à l'instauration d'une confiance mutuelle et à la transparence et que nous sommes engagés par tous les accords signés avec Israël", avait-t-il affirmé.

jlr/vl

PLUS:afp