DIVERTISSEMENT
02/11/2012 03:48 EDT | Actualisé 02/01/2013 05:12 EST

Télé-Québec: déjà 500 épisodes pour Tactik

Courtoisie

Sans tambours ni trompettes, la série jeunesse Tactik célèbre cette année ses cinq ans sur les ondes de Télé-Québec. Mercredi, les comédiens Pier-Luc Funk (Samuel), Shanelle Guérin (Béatrice), Laurence Carbonneau (Rose), Benjamin Chouinard (Théo), Marianne Verville (Marjorie) et Micheline Bernard (Suzanne) s'affairaient à tourner le 500e épisode de la comédie dramatique, qui rassemble nombre de familles devant leur petit écran à l'heure du souper. Tous ont tracé avec le sourire un bilan plus que positif de cette belle aventure, dans laquelle ils se sont lancés alors qu'ils n'étaient encore, pour la plupart, que des enfants.

«C'est déjà la 500e, mais on dirait qu'on ne l'a pas vue venir, a déclaré Benjamin Chouinard avec enthousiasme. On pourrait croire qu'après autant d'années, au rythme d'un épisode par jour, les auteurs n'auraient plus grand-chose à dire, mais ce n'est pas du tout le cas. Il ne se passe pas des intrigues majeures à tous les jours, mais c'est une quotidienne et c'est, je pense, ce qui fait le succès de la série. Ça met en vedette des jeunes qui sont très crédibles.»

Tous âgés entre 16 et 18 ans, Pier-Luc, Shanelle, Laurence, Benjamin et Marianne deviennent petit à petit des adultes sous l'œil des caméras. Leur quotidien se déploie habilement entre l'école et les plateaux de tournage alors que, le lundi et le mardi, ils enchaînent les répétitions et que, le mercredi, le jeudi et le vendredi, ils enregistrent leurs scènes. Trois tranches de 30 minutes sont ainsi tournées à chaque semaine, ce qui laisse bien peu de répit à nos ados-acteurs et ce, même s'ils ne sont pas de tous les épisodes. Et c'est sans compter les heures qu'ils consacrent à étudier leurs matières scolaires avec le tuteur qui leur est spécialement attitré sur leurs lieux de travail. La joyeuse bande n'hésite d'ailleurs pas à blaguer sur le manque de sommeil qui l'afflige parfois.

«Depuis le départ, je les trouve incroyables, a souligné Micheline Bernard qui, avec derrière la cravate plusieurs participations à des émissions destinées aux enfants et aux adolescents, dont l'inoubliable Radio Enfer, fait un peu office de maman pour ses jeunes collègues. Ils sont vraiment professionnels. Ce sont de grosses journées; souvent, on est appelés à six heures du matin sur la chaise de maquillage, et la journée se termine vers 18h30 ou 19h00. Et, quand ils ne sont pas dans une scène, ils sont avec le tuteur pour leur école. C'est beaucoup de travail!»

Réseaux sociaux

À n'en pas douter, les têtes d'affiche de Tactik prennent plaisir à faire passer leurs téléspectateurs par toute la gamme des émotions, et il faut voir et entendre les comédiens se taquiner gentiment, terminer les phrases de l'un et de l'autre et entrecouper leurs propos de fous rires sentis pour saisir à quel point la complicité est palpable entre eux. Or, d'être ainsi les vedettes d'une télésérie jeunesse comporte son lot d'avantages et de privilèges, mais aussi de responsabilités, surtout à l'heure où les réseaux sociaux font jaser jeunes et moins jeunes.... et pas toujours en bien. Sitôt abordé, le sujet fait s'enflammer Pier-Luc Funk.

«Il faut constamment faire attention, a insisté le jeune homme, qui a remporté un prix Gémeaux, en septembre dernier, pour son interprétation de Samuel. Avec les réseaux sociaux, c'est compliqué. Les gens font des faux comptes ! Cette semaine, il y avait deux faux Pierre-Luc Funk. Sur ma page fan, à un moment donné, une mère m'avait écrit pour m'accuser d'avoir insulté sa fille sous chacune de ses photos. J'ai alors appelé la dame pour lui dire que ça n'avait pas de bon sens. C'est trop facile, maintenant, de se faire passer pour quelqu'un d'autre.»

«La semaine dernière, sur Twitter, j'ai écrit quelque chose de peut-être un peu déplacé, et des jeunes m'ont invectivée, en me disant que je suis supposée être un modèle, a renchéri Shanelle Guérin. Moi, je ne me sentais pas ainsi. Ça m'a vraiment étonnée et fait réaliser qu'il va falloir que je fasse attention à ce que je dis. »

Fierté

Pour Vincent Bolduc, auteur principal de Tactik avec Alex Veilleux, les 500 coups de sonde de son « bébé » sont synonymes de beaucoup de fierté.

«De voir ces jeunes devenir des adultes, eux qui, il y a cinq ans, m'arrivaient en dessous du menton, n'avaient pas mué et n'avaient pas encore de barbe, ça me remplit d'émotion, a expliqué celui qui a aussi connu très jeune les splendeurs et misères de la célébrité. Je suis fier de ce qu'ils deviennent, de leurs bons et mauvais coups, des erreurs qu'ils ont faites. Je me sens comme un parent qui voit son enfant finir le secondaire.»

La comparaison est appropriée, puisqu'au printemps, les protagonistes les plus âgés de Tactik se prépareront fébrilement pour leur bal des finissants. Le moment sera aussi venu pour eux d'effectuer un choix de carrière et d'esquisser les bases de leur avenir, ce qui, dramatiquement parlant, offre tout un éventail de possibilités à l'équipe de créateurs (une vingtaine de personnes contribuent à l'écriture des textes de l'émission).

«Les comédiens passent leur adolescence avec nous, a détaillé Vincent Bolduc. Ils la jouent à l'écran, mais ils la vivent en même temps. Et ils s'en sortent très bien. Nous, depuis le début, on leur dit que Tactik n'est pas la fin de tout. Statistiquement, il y a de bonnes chances qu'ils fassent cette série et qu'après, ils fassent autre chose de leur vie. C'est un métier où on peut ne pas travailler pendant trois ans et, ensuite, travailler sans arrêt. On essaie de relativiser, pour ne pas tomber dans le piège d'en faire des carriéristes qui veulent seulement être des stars. Et je pense que ça marche.»

Le 500e épisode de Tactik sera diffusé le 18 janvier prochain. Les adeptes de la série peuvent, s'ils le désirent, prolonger le plaisir en visitant la page Facebook de l'émission (Tactik - Page officielle) ou encore en s'abonnant à son compte Twitter @TactikOfficiel.