NOUVELLES
02/11/2012 04:50 EDT | Actualisé 02/01/2013 05:12 EST

Soudan: les rebelles font état de combats meurtriers au Kordofan-Sud

Les rebelles ont fait état vendredi de combats meurtriers dans l'Etat soudanais du Kordofan-Sud ayant fait 70 morts parmi les troupes gouvernementales et sept parmi les combattants de la branche nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N).

La rébellion a affirmé avoir de nouveau bombardé Kadougli, capitale de cet Etat pétrolier frontalier du Soudan du Sud, après ces combats qui ont eu lieu au nord-est de la ville.

"Il s'agit de nos pertes les plus importantes depuis le début de la guerre", a déclaré à l'AFP le porte-parole du SPLM-N, Arnu Ngutulu Lodi, faisant allusion aux violences qui secouent cette région depuis juin 2011.

En octobre, cependant, le gouverneur du Kordofan-Sud avait fait état de centaines de rebelles morts lors d'un assaut.

Ces bilans sont difficiles à vérifier, l'accès à la région étant restreint et les communications téléphoniques difficiles.

Le porte-parole de l'armée soudanaise n'était pas joignable dans l'immédiat pour commenter ces déclarations.

Selon M. Lodi, les derniers combats ont éclaté alors que les troupes gouvernementales, soutenues pas des chars, des avions et des hélicoptères de combat tentaient de prendre le contrôle de Dldko, un village aux mains des rebelles situé à une vingtaine de km au nord-est de Kadougli.

Il a indiqué que les rebelles ont ensuite tiré 10 obus sur des positions militaires de l'armée à Kadougli, touchée ces dernières semaines par plusieurs bombardements des rebelles, accusés par Khartoum de viser les populations civiles.

Les violences au Kordofan-Sud ont connu une nouvelle escalade alors que le Soudan et le Soudan du Sud ont conclu fin septembre des accords de sécurité et de coopération, salués comme la fin du conflit entre Khartoum et Juba.

Khartoum accuse Juba, qui dément, de soutenir les rebelles.

Les tensions entre les deux pays avaient dégénéré entre mars et mai derniers en combats entre leurs armées à la frontière, les plus intenses depuis la partition du Soudan en juillet 2011.

Les rebelles du SPLM-N ont repris les armes contre Khartoum après avoir combattu aux côtés des Soudanais du Sud durant plus de deux décennies de guerre civile qui ont abouti à un accord de paix en 2005 et à l'indépendance du Soudan du Sud en 2011.

str-it/feb/vl

PLUS:afp