NOUVELLES

SNC-Lavalin veut accroître sa présence locale et réduire son recours aux agents

02/11/2012 08:53 EDT | Actualisé 02/01/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - Le nouveau grand patron de SNC-Lavalin (TSX:SNC), l'Américain Robert Card, veut faire de la firme d'ingénierie montréalaise une véritable entreprise mondiale, véritablement enracinée dans les pays qu'elle dessert.

«L'un des nombreux avantages de (cette nouvelle structure organisationnelle), c'est de réduire le besoin de recourir à des agents commerciaux», a expliqué M. Card vendredi lors d'une téléconférence avec les analystes financiers.

Les agents commerciaux sont des démarcheurs, souvent payés à commission, qui aident des entreprises à décrocher des contrats, notamment auprès de gouvernements et de sociétés d'État.

Des agents commerciaux embauchés par SNC-Lavalin sont au coeur d'un vaste scandale qui a ébranlé l'entreprise plus tôt cette année. Une enquête interne a démontré que SNC a effectué des versements irréguliers totalisant 56 millions $ US à des agents pour des motifs mystérieux.

Pierre Duhaime, qui était alors pdg de l'entreprise, a été relevé de ses fonctions dans la foulée de cette affaire, qui fait toujours l'objet d'une enquête de la Gendarmerie royale du Canada.

Le 1er janvier, SNC-Lavalin testera son nouveau modèle d'affaires en délocalisant des dirigeants dans une région non spécifiée. Ceux-ci auront la responsabilité de représenter toutes les divisions et filiales de l'entreprise sur ce territoire. À l'heure actuelle, les bureaux des différentes unités d'affaires sont souvent séparés, ce qui se traduit par des dédoublements de coûts.

«Nous allons peaufiner notre approche, la perfectionner, puis nous allons la déployer ailleurs», a déclaré Robert Card.

L'objectif est de «renforcer notre plate-forme pour nous permettre d'accéder au marché comme une véritable entreprise ayant des revenus de plus de 7 milliards $ et de faire la transition d'une entreprise internationale à une entreprise plus mondiale en augmentant notre intégration géographique», a-t-il ajouté.

Éthique

En matière de déontologie, SNC-Lavalin n'a pas encore terminé la révision de ses règles et de ses mesures de contrôle dans la foulée du scandale de 56 millions $ US. Les codes d'éthiques ont été resserrés, mais l'entreprise vient de retenir les services d'un «expert indépendant» qui lui prodiguera des conseils sur la mise en oeuvre d'autres «mesures correctives».

SNC-Lavalin entend également investir des sommes significatives pour améliorer ses processus d'estimation des coûts des projets. L'entreprise a été confrontée à plusieurs dépassements de coûts qui lui ont coûté cher au cours des dernières années et souhaite limiter ces mauvaises surprises à l'avenir.

Dans le cadre de l'examen stratégique en cours, les dirigeants devront également déterminer ce qu'ils devront faire pour améliorer les résultats des secteurs qui éprouvent des difficultés, comme celui des infrastructures et de l'environnement. On devrait en savoir plus d'ici la prochaine assemblée annuelle, prévue en juin.

M. Card a indiqué qu'il ne prévoyait pas, du moins pour l'instant, que ces nombreux chantiers se traduisent par une augmentation significative des dépenses.

Résultats

Au troisième trimestre, qui a pris fin le 30 septembre, les profits nets de SNC-Lavalin ont atteint 114,7 millions $ (76 cents par action), en baisse de 10,1 pour cent par rapport aux 127,6 millions $ (82 cents par action) dégagés pendant la même période de 2011.

Le bénéfice trimestriel a notamment été grevé par des primes totalisant 11,5 millions $ versées à plusieurs employés pour les inciter à ne pas quitter l'entreprise en raison de la controverse et par des frais de 3,7 millions $ liés aux enquêtes internes sur les malversations. Jusqu'ici, ces enquêtes ont coûté pas moins de 11,1 millions $ à l'entreprise.

SNC-Lavalin a d'autre part encaissé un gain de 7 millions $ à la suite de la vente d'une filiale non précisée.

Le chiffre d'affaires trimestriel a augmenté de 11 pour cent pour s'établir à 2 milliards $.

Le carnet de commandes de SNC-Lavalin totalisait 9,9 milliards $ à la fin septembre, comparativement à 10,7 milliards $ à la fin juin.

L'action de SNC-Lavalin a gagné 4,7 pour cent vendredi pour clôturer à 42,17 $, à la Bourse de Toronto.

PLUS:pc