NOUVELLES
02/11/2012 06:23 EDT | Actualisé 02/01/2013 05:12 EST

Mort d'Ashley Smith : les avocats du gouvernement fédéral reculent

Les avocats du gouvernement fédéral mettent fin à leurs efforts pour limiter la portée de l'enquête sur la mort d'Ashley Smith, survenue dans sa cellule d'une prison de Kitchener, en Ontario, il y a cinq ans.

L'avocat de la famille d'Ashley Smith, Julian Falconer affirme dans un courriel que « la famille Smith et d'autres parties ont reçu la déclaration écrite suivante de l'avocat du ministère de la Justice : le Canada retire ses soumissions sur la portée de l'enquête et sur la délivrance de citations à comparaître à l'extérieur de la province ».

Le gouvernement de Stephen Harper a ordonné vendredi Service correctionnel Canada de coopérer à l'enquête du coroner sur la mort d'Ashley Smith, survenue dans la cellule de cette dernière à Kitchener, en Ontario.

Candice Bergen, la secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, s'attendait à ce que l'agence suive les directives d'Ottawa.

Les avocats du gouvernement se sont battus pour qu'une série de vidéos montrant les agissements des agents correctionnels envers l'adolescente, âgée de 19 ans à l'époque, ne soient pas diffusées pendant l'enquête. Ils voulaient limiter la portée de celle-ci aux centres carcéraux ontariens.

La diffusion d'une vidéo, cette semaine, montrait des agents en train d'immobiliser Ashley Smith au moyen de ruban adhésif et de la droguer contre son gré. Le premier ministre Stephen Harper a qualifié ces gestes d'inacceptables.

Mme Bergen affirme que ce qui est arrivé à Ashley Smith est une tragédie et que l'enquête du coroner est importante, c'est pourquoi il a été demandé à Service correctionnel Canada de coopérer.

Ashley Smith, originaire du Nouveau-Brunswick, a été trouvée morte étouffée dans sa cellule à Kitchener, en octobre 2007, après plusieurs épisodes d'automutilation. Elle venait de passer environ un an en isolement dans plusieurs pénitenciers de cinq provinces.

PLUS: