NOUVELLES
02/11/2012 03:38 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

Les rebelles prennent Saraqeb, une nouvelle région clé du Nord syrien (ONG)

Les rebelles ont pris le contrôle de la région de Saraqeb, carrefour stratégique du nord syrien reliant les deux principales villes du pays Damas et Alep à la cité côtière de Lattaquié, a rapporté vendredi une ONG syrienne.

"L'armée s'est retirée de son dernier barrage dans la région de Saraqeb", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG basée au Royaume-Uni qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins sur place.

Les troupes régulières ne tenaient plus qu'un seul barrage après la prise jeudi de trois autres lors d'attaques rebelles durant lesquelles au moins 28 soldats avaient été tués au combat ou froidement exécutés, selon l'OSDH.

M. Abdel Rahmane a précisé qu'un périmètre de 25 kilomètres autour de Saraqeb, située dans la province d'Idleb (nord-ouest), échappe désormais totalement au régime et à l'armée.

Saraqeb, à 50 kilomètres au sud d'Alep (nord), est située sur la route internationale reliant Damas à Alep, en proie depuis trois mois à des combats, ainsi que sur la route reliant Alep à Lattaquié, plus au sud-ouest.

Récemment, les insurgés ont détruit plusieurs positions militaires dans la province d'Idleb (nord-ouest). Ils cherchent à prendre le contrôle de l'ensemble de l'autoroute reliant la capitale à Alep, passage obligé des renforts militaires vers Alep.

La prise le 9 octobre par les rebelles de la ville clé de Maaret al-Noomane, au sud de Saraqeb et située au bord de cette même autoroute, leur avait déjà permis d'empêcher le passage des renforts de l'armée vers Alep.

Ailleurs dans le pays, quatre civils ont péri dans la région de Deraa (sud), où l'artillerie de l'armée bombardait plusieurs localités, tandis que quatre rebelles ont trouvé la mort lors de combats contre les forces régulières dans la province de Deir Ezzor (est), selon l'OSDH. A Alep, une fillette a été tuée par des obus tirés par l'armée tandis que des combats opposaient rebelles et soldats dans la région de Homs (centre).

Au total, les violences ont fait plus de 36.000 morts depuis le début en mars 2011 d'une révolte populaire contre le régime du président Bachar al-Assad qui s'est militarisée face à la répression.

bur-sbh/sk/tp

PLUS:afp