NOUVELLES
02/11/2012 05:04 EDT | Actualisé 02/01/2013 05:12 EST

Les Bourses ne parviennent pas à profiter des solidse données sur l'emploi

TORONTO - Les marchés boursiers nord-américains n'ont pas su se laisser inspirer vendredi par les signes laissant croire que la reprise économique américaine est sur la bonne voie, la nervosité entourant l'issue de l'élection présidentielle américaine ayant eu le dessus sur les solides données sur le marché de l'emploi des États-Unis.

À Toronto, l'indice composé S&P/TSX a échappé 119,34 points pour clôturer à 12 380,41 points, tandis que la Bourse de croissance TSXV a glissé de 11,26 points à 1310,03 points.

Le dollar canadien s'est apprécié de 0,12 cent US à 100,44 cents US après que Statistique Canada eut indiqué que l'économie canadienne n'avait créé que 1800 emplois le mois dernier. Le taux de chômage est resté inchangé à 7,4 pour cent.

La vigueur du dollar américain a en outre contribué au recul de la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles, laquelle a cédé 139,46 points à 13 093,16 points après que le département américain du Travail eut dévoilé que l'économie américaine avait créé 170 000 emplois le mois dernier.

Ce chiffre est supérieur à celui de 125 000 qui était attendu des économistes. L'indice composé du Nasdaq a reculé de 37,93 points à 2982,13 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a rendu 13,39 points à 1414,2 points.

Des analystes ont évoqué la possibilité que l'incertitude entourant l'issue de l'élection de mardi prochain ne décourage les investisseurs à s'impliquer sur le marché.

«L'élection est encore à la portée des deux candidats», a illustré Colin Cieszynski, analyste du marché chez CMC Markets Canada, qui a noté que certains s'inquiétaient même de la possibilité que l'identité du gagnant ne soit pas connue au lendemain matin de l'élection.

«C'est une plus grande inquiétude à ce moment-ci parce que cela pourrait entraîner un certain désordre, compte tenu de toute cette histoire entourant la 'falaise fiscale' en plus.»

La «falaise fiscale» fait référence à une série de hausses d'impôts et d'importantes réductions budgétaires qui entreront en vigueur automatiquement à la fin de décembre à moins que républicains et démocrates n'arrivent à s'entendre sur un plan budgétaire alternatif. Les économistes croient que ces mesures automatiques pourraient entraîner une nouvelle récession.

Les pertes du TSX vendredi étaient attribuables en partie aux titres aurifères, les chiffres sur l'emploi aux États-Unis ayant fortement fait grimper le billet vert et fait reculer le cours du lingot d'or.

Le secteur aurifère du parquet torontois a rendu près de 4,5 pour cent. Le prix du lingot a perdu 40,30 $ US à 1675,20 $ US l'once à New York. L'action de Goldcorp (TSX:G) a rendu 2,27 $ à 42,91 $, tandis que celle de Barrick Gold (TSX:ABX) a abandonné 1,33 $ à 35,23 $.

Le secteur de l'énergie a retraité de 1,47 pour cent, le cours du baril de pétrole brut ayant perdu 2,23 $ US à 84,86 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York. L'action de Canadian Natural Resources (TXS:CNQ) a décliné 48 cents à 29,84 $, tandis que celle de Cenovus Energy (TSX:CVE) a rendu 1,13 $ à 34,45 $.

Le secteur des métaux de base a légèrement retraité. Le cours du cuivre a plongé de 7 cents US à 3,48 $ US la livre à New York. L'action de Teck Resources (TSX:TCK.B) a effacé 55 cents à 33,03 $.

PLUS:pc