NOUVELLES
02/11/2012 12:45 EDT | Actualisé 02/01/2013 05:12 EST

Le marathon sillonnera New York dimanche sur fond de polémique après Sandy

La 43e édition du marathon de New York aura lieu dimanche malgré les polémiques sur son maintien après le passage en début de semaine de la tempête Sandy, qui a fait 41 morts dans une ville où plus d'un demi-million de foyers étaient toujours sans électricité vendredi.

Les organisateurs de la course et le maire de la ville Michael Bloomberg ont fait de cette course une question de fierté et un symbole du redressement de la ville, défigurée par endroits, même si les appels à l'annulation se sont fait entendre toute la semaine.

Certains à New York ont crié à l'hérésie quand le maire a réitéré son voeu de voir les participants s'élancer dimanche du célèbre pont Verrazzano-Narrows.

"Des vies ont été perdues, des familles sont sans toit, des maisons sont détruites et la ville se préoccupe du marathon. Où sont nos priorités ?", écrit le membre du Congrès américain Michael Grimm sur son compte Twitter.

"L'idée même que la moindre lampe torche soit consacrée à un événement sportif est en soi scandaleuse", s'interroge le New York Post dans un éditorial.

Les concurrents sont eux aussi divisés. "Je comprends l'impact économique d'une telle course mais j'estime qu'un report d'une semaine ou deux ou une reprogrammation aurait été préférable", estime ainsi Christina Wallace, 28 ans.

Mais le message du maire a été clair: New York a besoin des dollars (300 millions selon lui) que le marathon injecte dans l'économie locale.

Le NYRR, club qui organise le plus célèbre marathon du monde, a prévu d'engager des sociétés privées pour remplacer les agents municipaux normalement affectés à l'encadrement (sécurité et médical) mais qui sont cette semaine accaparés par les efforts de redressement.

"Le marathon incarne l'esprit de New York City, sa vitalité, sa ténacité, la détermination des New Yorkais", juge Mary Wittenberg, la présidente du NYRR.

Les organisateurs ont dû notamment largement modifier le système de transport des coureurs vers le départ car la navette fluviale reliant Manhattan à Staten Island, qui achemine en général la moitié des concurrents au départ à Fort Wadsworth, ne sera pas réouverte d'ici dimanche. La première vague de participants devra prendre un bus à 4h30 du matin pour rallier le départ.

Avec le redémarrage par étapes des trois aéroports, la reprise partielle du trafic dans le métro malgré les inondations sur une partie du réseau et la réouverture de certains commerces, la ville affichait un visage un peu plus normal vendredi mais 570.000 foyers restaient encore sans électricité et certains pourraient rester sans courant pour les dix prochains jours.

La réouverture partielle des aéroports a permis à une partie des 45.000 coureurs provenant du monde entier de commencer à arriver. Selon le New York Road Runners (NYRR), il n'y a pas eu plus de forfaits de dernière minute cette année que lors des années précédentes malgré la catastrophe naturelle.

Sur le plan sportif, les Kényans Wilson Kipsang, médaillé de bronze aux jeux Olympiques, et Moses Mosop, vainqueur du marathon de Chicago, sont les favoris d'une course à laquelle prendra aussi part l'Ethiopien Gebre Gebremariam, vainqueur de l'édition 2010.

Chez les dames, la Kényane Edna Kiplagat, championne du monde en titre, l'Ethiopienne Tiki Gelana, championne olympique en titre, et la Russe Tatyana Arkhipova, bronzée à Londres cet été, partent avec les faveurs du pronostic.

bpe-js/gd/gf/chc

PLUS:afp