NOUVELLES
02/11/2012 12:29 EDT | Actualisé 02/01/2013 05:12 EST

Le maintien du marathon de New York divise la ville

La décision de maintenir le marathon de New York dimanche alors même que de nombreux résidents subissent les conséquences de la méga-tempête Sandy suscite de nombreuses controverses parmi les officiels ainsi que les concurrents eux-mêmes.

Peu de temps après le passage dévastateur de Sandy, le maire de New York, Michael Bloomberg, a annoncé que le 43e marathon de la ville, le plus célèbre du monde, serait maintenu, au grand dam de nombreux New-Yorkais et de leurs représentants.

"Des vies ont été perdues, des familles sont sans toit, des maisons sont détruites et la ville se préoccupe du marathon. Où sont nos priorités ?", écrit le membre du Congrès américain Michael Grimm sur son compte Twitter.

James Oddo, membre du conseil municipal, représentant Staten Island, l'un des arrondissements les plus touchés, a été encore plus direct: "S'ils prennent comme membre de premier secours quelqu'un de Staten Island sur ce marathon, je vais hurler. Nous avons des gens qui n'ont ni maison ni espoir en ce moment", écrit-il lui aussi sur Twitter.

Le New York Post a fait sa Une et son éditorial sur la polémique. "L'idée même que la moindre lampe torche soit consacrée à un événement sportif est en soi scandaleuse", peut-on lire dans l'éditorial.

M. Bloomberg a répondu à ces critiques jeudi, promettant que les moyens de secours ne seraient pas détournés des vrais nécessiteux: "Le marathon ne va pas nous détourner de nos vraies priorités", a dit le maire. "Mais dimanche l'électricité sera de retour partout ce qui va libérer de nombreux policiers (...) Cette ville est une ville où il faut aller de l'avant".

Le NYRR, club qui organise le plus célèbre marathon du monde, a prévu d'engager des sociétés privées pour pour remplacer les agents municipaux normalement affectés à l'encadrement (sécurité et médical) mais qui sont cette semaine accaparés par les efforts de redressement.

Quant aux participants eux-mêmes à la course, ils ont émis des sentiments mitigés sur son maintien.

Jared Thigpen, ingénieur de 32 ans, venu de Washington pour courir l'épreuve, pense désormais qu'elle devrait "être annulée". "Il y a encore des gens qui ont besoin de soutien de la police et de l'aide des autorités", a-t-il estimé.

Christina Wallace, 28 ans, à son premier marathon, a la même analyse: "Je ne pense pas que ce soit la bonne décision (de maintenir l'épreuve)", juge-t-elle. "Je comprends l'impact économique d'une telle course mais j'estime qu'un report d'une semaine ou deux ou une reprogrammation aurait été préférable".

sah/jm/bvo/gf/chc

PLUS:afp