NOUVELLES
02/11/2012 09:47 EDT | Actualisé 02/01/2013 05:12 EST

L'économie continue de pâtir au Nouveau-Brunswick

La hausse du taux de chômage au Nouveau-Brunswick jusqu'à 11,6 % est un nouveau signe des difficultés économiques de la province.

En octobre, le taux de chômage a augmenté de 0,6 point de pourcentage en raison de la perte de 600 emplois, selon Statistique Canada. C'est la première fois depuis au moins 2001 que le taux est aussi élevé au Nouveau-Brunswick.

Les temps sont durs pour les finances publiques aussi. Le ministre des Finances du Nouveau-Brunswick a affirmé, jeudi, que le déficit budgétaire de l'exercice en cours va s'élever à 356 millions de dollars, c'est-à-dire à 173 millions de plus que ce qui a été annoncé en mars.

La croissance économique s'annonce aussi anémique pour les deux prochaines années, selon le Conseil économique des provinces atlantiques.

Yves Bourgeois, professeur d'économie à l'Université du Nouveau-Brunswick, estime que la province entière manque de vision en matière de développement.

Le député libéral Donald Arsenault, porte-parole de l'opposition en matière de finances, jette un blâme sur le gouvernement.

« Je mets la responsabilité directement sur le premier ministre, David Alward, et sur son Cabinet. Vous savez, s'il avait mis moins d'attention sur la politique et plus sur l'économie, on ne serait peut-être pas dans la même situation », a déclaré Donald Arsenault.

Les hauts et les bas du chômage en Atlantique

Le taux de chômage dans les trois provinces Maritimes a augmenté en octobre, mais il a légèrement diminué à Terre-Neuve-et-Labrador.

En Nouvelle-Écosse, le taux de chômage a monté de 0,6 point de pourcentage pour s'établir à 9,2 %. La hausse à l'Île-du-Prince-Édouard est de 0,5 point pour un nouveau taux de 11,7 %.

Terre-Neuve-et-Labrador fait bande à part en Atlantique. La province a gagné 3800 emplois en octobre. Son taux de chômage a diminué de 0,4 point, mais il demeure élevé à 11,9 %.

PLUS: