La Une d'un hebdomadaire sur "Le péril noir" suscite une polémique au Maroc

Publication: Mis à jour:

La Une d'un hebdomadaire marocain, intitulée "Le péril noir" avec en arrière-plan le visage d'un migrant subsaharien, a suscité un début de polémique vendredi au Maroc, une ONG dénonçant un acte "raciste".

Cette Une a immédiatement fait l'objet de nombreux commentaires critiques sur les réseaux sociaux. Sur Facebook, une page "Contre le racisme véhiculé par le journal Maroc Hebdo" a ainsi rapidement été créée.

Contacté par l'AFP, le directeur de publication du magazine, Mohamed Selhami, a reconnu que ce titre ne pouvait "pas ne pas susciter de polémique". "Mais notre intention n'a aucune dimension raciste, loin de là", a-t-il assuré.

"Notre objectif était d'attirer l'attention des autorités marocaines pour mettre un terme à la situation dramatique dans laquelle les subsahariens vivent", a fait valoir M. Selhami.

Sous son titre, en caractère jaune, Maroc Hebdo détaille les enjeux du dossier, selon lui: "Des milliers de subsahariens clandestins au Maroc" qui "vivent de mendicité, s'adonnent au trafic de drogue et à la prostitution". "Il font l'objet de racisme et de xénophobie", ajoute aussi le journal, évoquant "un problème humain et sécuritaire pour le pays".

"Cette une est insoutenable. C'est un acte raciste et discriminatoire", a réagi auprès de l'AFP Hicham Rachidi, du Groupe antiraciste d'accompagnement et de défense des étrangers et des migrants (Gadem), ajoutant réfléchir à la possibilité d'une action en justice.

Le Maroc est en première ligne dans la question de la lutte contre l'immigration clandestine.

Selon des associations des droits de l'Homme, entre 20.000 et 25.000 clandestins d'origine subsaharienne se trouvent actuellement au Maroc.

Une ONG locale a récemment alerté les autorités sur des actes de racisme et de violences dans le cadre de leur expulsion.

bur/gk/feb