NOUVELLES
02/11/2012 03:11 EDT | Actualisé 02/01/2013 05:12 EST

Cuba dénonce les "ingérences" de la représentation américaine à La Havane

Cuba a dénoncé vendredi les "ingérences" et les activités "illégales" et subversives" de la représentation diplomatique des Etats-Unis à La Havane, accusée de financer les activités d'opposants, Washington reconnaissant aider les Cubains à avoir accès à internet.

Le ministère cubain des Affaires étrangères "dénonce les activités illégales" de la Section d'intérêts nord-américaine (Sina, ambassade) à Cuba et "demande la fin de son incitation permanente à la réalisation d'activités de subversion de l'ordre constitutionnel".

Selon le communiqué du ministère publié par le quotidien officiel Granma, la Sina est chargé de "promouvoir, conseiller, instruire, entraîner, financer et approvisionner en moyens et technologies diverses ses mercenaires à Cuba", les opposants, auxquels elle fournit notamment des accès à internet.

"Les diplomates de ce service incitent en permanence ces personnes, qui répondent aux intérêts du gouvernement des Etats-Unis contre Cuba en échange d'une bonne rétribution financière, à mener des activités provocatrices, déployer des campagnes de manipulation de la réalité du pays et agir contre l'ordre constitutionnel", accuse le ministère cubain.

"La Sina en est arrivée à assumer des tâches de formation en établissant à son siège des centres internet illégaux pour donner des cours à ces personnes dans le but d'agir contre les intérêts du gouvernement cubain", poursuit le texte.

"Nous plaidons entièrement coupables. La Section offre effectivement des formations à tous les Cubains intéressés", a déclaré vendredi la porte-parole de la diplomatie américaine, Victoria Nuland.

"Nous enseignons aux gens comment utiliser internet, point final. Et leur donner accès à un ordinateur. C'est la seule responsabilité à notre actif, comme nous le faisons dans nos administrations dans le reste du monde", a-t-elle ajouté lors d'un point de presse.

"Naturellement tout cela ne serait pas nécessaire si le gouvernement cubain ne restreignait pas l'accès à internet", a-t-elle souligné.

Cuba "utilisera tous les mécanismes légaux à sa disposition pour défendre sa souveraineté et faire valoir le respect du peuple cubain et des lois du pays", a assuré le ministère des Affaires étrangères.

Cuba et les Etats-Unis ont officiellement rompu leurs relations diplomatiques en 1961, mais les deux pays ont ouvert en 1977 des Sections d'intérêts à La Havane et Washington, chargées notamment des activités consulaires.

jhd/jz-jkb/rap/sam

 

PLUS:afp