NOUVELLES
02/11/2012 01:52 EDT | Actualisé 02/01/2013 05:12 EST

L'AMA ne remettra pas en question les sanctions imposées à Armstrong

AP
FILE - This is a July 24, 2005, file photo showing overall leader Lance Armstrong, of Austin, Texas, surrounded by press photographers, signaling seven, for his seventh straight win in the Tour de France cycling race, prior to the start of the 21st and final stage of the race, between Corbeil-Essonnes, south of Paris, and the French capital. The world may soon know what the U.S. Anti-Doping Agency has on Armstrong. USADA has said it had 10 former teammates ready to testify against Armstrong before he chose not to take his case to an arbitration hearing. The list likely includes previous Armstrong accusers Floyd Landis and Tyler Hamilton. (AP Photo/Peter Dejong, File)

MONTRÉAL - L'Agence mondiale antidopage a accepté la décision qui a privé Lance Armstrong de ses titres au Tour de France, affirmant vendredi qu'il s'agissait de «la bonne et juste sanction» à l'endroit du cyclisme américain déchu.

La semaine dernière, l'Union cycliste internationale avait aussi accepté les sanctions imposées par l'Agence antidopage des États-Unis (USADA), qui a effacé le nom d'Armstrong de la liste des vainqueurs du Tour, l'a suspendu à vie et lui a demandé de rembourser des millions de dollars empochés en bourses.

L'AMA avait 21 jours pour décider s'il y avait lieu de déposer un appel, mais l'agence basée à Montréal a fait savoir, vendredi, qu'elle ne le ferait pas.

«Cette affaire a débouché sur la bonne et juste sanction pour l'athlète... et a servi de révélateur pour le monde du sport. Pour cela, la USADA mérite des applaudissement», a déclaré le président de l'AMA John Fahey dans un communiqué.

L'AMA a par ailleurs dit attendre avec «beaucoup d'intérêt» les détails concernant la commission d'enquête indépendante que l'UCI a promis de mettre sur pied afin d'examiner la façon dont elle a géré le cas Armstrong quand il a remporté ses sept titres.

«Seulement avec l'indépendance et les éléments nécessaires la commission pourra-t-elle aborder de la bonne façon la culture systémique de dopage qu'on a laissé se développer dans le monde du cyclisme à cette époque», a affirmé Fahey.

Fahey a par ailleurs lancé une flèche à l'UCI, tout en louangeant la USADA.

«Il ne s'agit pas d'une situation où, parce que l'athlète n'a pas eu de test positif, il n'y avait rien de plus que l'organisme de régie du cyclisme pouvait faire, a-t-il dit. Il a fallu un effort important de la part d'une organisation nationale antidopage pour réunir des éléments de preuve convaincants à la suite des accusations avancées par Floyd Landis en 2010.»