NOUVELLES
01/11/2012 10:50 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

Syrie: les faits marquants du conflit jeudi

Voici les faits marquants jeudi du conflit en Syrie, où Bachar al-Assad a exclu tout départ du pouvoir et mis en garde contre les "conséquences mondiales" d'une intervention étrangère.

--JEUDI 8 NOVEMBRE--

- Des combats et des bombardements secouent plusieurs quartiers de Damas (Observatoire syrien des droits de l'Homme, OSDH). Plusieurs roquettes sont tombées sur les quartiers de Nahar Aïcha et de Midane, selon cette ONG, qui fait état de combats notamment dans le quartier de Mazzé. Campagne de perquisitions à Kafar Soussé (sud-ouest) et renforts militaires vers Tadamoun et le camp palestinien de Yarmouk, en proie à des combats depuis plusieurs jours. La région de Damas est survolée par des hélicoptères et bombardée par des avions.

- Des combats opposent soldats et insurgés dans plusieurs quartiers d'Alep (nord) et bombardements sur la province de Homs (centre). La province de Deraa (sud) connaît ses "combats les plus violents" entre rebelles et soldats, appuyés par l'artillerie (OSDH).

- Des combats aux abords du poste-frontière de Rass al-Aïn reliant la Turquie au nord-est de la Syrie font 26 morts, 10 rebelles et 16 soldats (OSDH). Les médias turcs rapportent que cinq civils turcs ont été légèrement blessés par des balles perdues en marge de ces combats.

- Bachar al-Assad exclut tout départ du pouvoir. "Je ne suis pas une marionnette (...) Je suis syrien et je dois donc vivre et mourir en Syrie", déclare-t-il à la TV russe Russia Today, mettant en garde contre les "conséquences mondiales" d'une intervention étrangère.

- Les différentes formations de l'opposition réunies à Doha s'approchent d'un accord sur une structure politique unifiée dont serait issu un gouvernement de transition, selon des participants. La réunion se tient à l'initiative du Qatar et de la Ligue arabe, dans le but de fédérer les différentes composantes de l'opposition jusqu'ici morcelée.

- Le président du Comité international de la Croix-Rouge internationale (CICR) déclare que son organisation ne peut "pas développer (ses) opérations suffisamment vite face à l'aggravation de la situation humanitaire". "Les combats se développent et il y a donc plus de blessés, plus de situations de crise. Il y a beaucoup (...) (d'endroits) où aucune aide ne parvient", dit-il, citant Alep. Plusieurs bastions rebelles, notamment Homs (centre), sont assiégés et les militants affirment que la situation humanitaire y est intenable.

- Le président turc Abdullah Gül affirme que son pays se réserve le droit de se doter de tout type d'armes afin d'assurer sa défense contre toute menace syrienne, interrogé sur les discussions entre la Turquie et l'Otan sur un éventuel déploiement de batteries de missiles sol-air et antimissiles Patriot sur son sol.

acm/vl

PLUS:afp