NOUVELLES

Sandy a causé des dégâts sans précédent au siège de l'ONU

01/11/2012 03:56 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

L'ouragan Sandy a causé des dégâts importants au siège des Nations unies à New York, ont indiqué des responsables de l'ONU jeudi.

L'ouragan a provoqué un incendie et une importante inondation au sous-sol du bâtiment, qui a rouvert jeudi après trois jours de fermeture.

"Cet épisode climatique extrême a provoqué des dégâts sans précédent aux locaux de l'ONU lundi et mardi", a indiqué Yukio Takasu, secrétaire général adjoint de l'ONU chargé de la gestion, qui s'adressait jeudi à l'Assemblée générale.

Les vents violents de Sandy ont aussi arraché une bâche en plastique qui protègeait la voûte du bâtiment de l'Assemblée générale, où des fuites doivent être colmatées.

L'ONU a entrepris depuis plusieurs mois de rénover son siège, les travaux devant coûter deux milliards de dollars au total.

Sandy a aussi forcé le Conseil de sécurité de l'ONU à déménager. Les ambassadeurs des quinze pays membres du Conseil ont dû s'installer mercredi dans des locaux provisoires pour tenir une réunion d'urgence consacrée au renouvellement du mandat de la Force de l'Union africaine en Somalie (Amisom).

Les dégats causés par Sandy "ont affecté les communications et d'autres infrastructures", a indiqué le porte-parole de l'ONU Martin Nesirky. "Mais malgré les difficultés, toutes les activités essentielles ont été poursuivies (..) et les contacts avec les missions de maintien de la paix dans le monde ont été maintenues".

Le siège de l'ONU "a rouvert et devrait fonctionner bientôt à pleine capacité", a précisé le porte-parole. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon "adresse ses condoléances aux millions de personnes gravement affectées par l'ouragan", a-t-il ajouté.

M. Ban a écrit au président Barack Obama et a téléphoné aux présidents d'Haïti et de la République dominicaine --deux autres pays frappés par Sandy-- ainsi qu'au maire de New York Michael Bloomberg "pour exprimer sa solidarité et promettre l'aide des Nations unies, si nécessaire".

avz/mdm

PLUS:afp