NOUVELLES
01/11/2012 10:57 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

Nouvel album «MA Remix»: le fil d'Ariane (Moffatt) tissé par le DJ Poirier

MONTRÉAL - «Un tout autre objet», un exercice studio de musique électronique avec «la voix d'Ariane Moffatt comme nappe sonore»: voilà comment perçoivent ce nouveau maxi de six morceaux l'auteure-compositrice-interprète et le producteur et DJ montréalais Poirier, agissant comme directeur artistique.

«MA Remix» sort mardi prochain, quelques mois après l'album original «MA» d'Ariane Moffatt, un premier opus bilingue pour l'artiste déjà tournée davantage vers des avenues électroniques, lui ayant valu une nomination pour le «meilleur album anglophone» au récent Gala de l'ADISQ.

Alors même qu'Ariane Moffatt mettait la touche finale à «MA», elle avait approché Poirier, d'abord pour un «remix» d'une seule pièce, «Too Late», souhaitant y insuffler une facture «steel drum, caribbean ou dancehall» caractéristique au DJ montréalais.

De fil en aiguille, ce premier projet a mené à la production d'un maxi, alimenté par les nombreux contacts de Poirier, figure reconnue dans le milieu électronique ayant été remarquée par la prestigieuse maison de disques Ninja Tune.

«Le liant, c'est vraiment la voix d'Ariane, exprime en entrevue Poirier, aux côtés de la chanteuse et musicienne dans un bar de Montréal. Je ne veux pas dire les mots, mais plutôt sa voix comme une espèce de nappe sonore. Ce n'était pas nécessairement une directive que j'avais donnée aux remixeurs, mais c'est ça qui est ressorti. La voix d'Ariane flotte dans les remix.»

«Il fallait bien qu'il reste quelque chose», blague Ariane Moffatt, complice, confiant avoir difficilement reconnu ses compositions aux premières écoutes.

Elle dit avoir donné «carte blanche» à Poirier et aux collaborateurs, voyant dans «MA Remix» un «tout autre objet», qui ne devrait pas se transposer sur les nombreuses scènes sur lesquelles elle se produira dans les mois à venir.

Après un passage à New York à la mi-octobre, l'auteure-compositrice-interprète québécoise visitera plusieurs villes d'Europe — elle sera le 12 novembre à Paris et le 15 novembre à Genève —, avant de faire une vaste tournée québécoise en décembre et au début 2013.

Sur «MA Remix», «Hôtel Amour» est revu en deux temps par le producteur originaire du Texas Dubbel Dutch et par le producteur et remixeur Nautiluss; le trio aux sombres ambiances Plaster remanie «In Your Body»; et le duo torontois Bonjay propose sa version de «L'Homme dans l'automobile».

«Le plus grand ennemi, c'est soi-même, c'est la résistance au changement. Je devais vraiment laisser aller et faire confiance. Au final, c'est un album tout à fait différent, mais c'était là aussi l'objectif», relate l'auteure-compositrice-interprète.

De plus, Ariane Moffatt dit avoir appris beaucoup en se prêtant au jeu en remaniant elle-même la chanson «Walls of the World».

Elle évoque le leader de Radiohead, Thom Yorke, «une importante influence», «qui est parti de la chanson rock plus pure et dure (...) pour déstructurer ses chansons et aller approfondir avec des textures électros en gardant sa voix et son aspect "songwriter"».

Parlant des collaborateurs — plusieurs n'ayant jamais entendu auparavant la musique d'Ariane Moffatt —, Poirier souligne qu'il est intéressant de solliciter ainsi des gens qui sont pas «attachés de façon émotive» à la carrière de quelqu'un, «pour une relation de musicien à musicien, sans réputation en ligne de compte».

«Il y a très peu de projets de remix dans le milieu québécois plus pop — le milieu électro, c'est autre chose — qui permettent de ne pas remanier un seul morceau mais d'aller en profondeur dans un album», fait valoir le producteur et DJ montréalais.

PLUS:pc