NOUVELLES
01/11/2012 05:22 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

Le retour de GSP

Le champion du monde des arts martiaux mixtes, George St-Pierre renouera avec l'action dans deux semaines au Centre Bell après un repos forcé de près de 18 mois.

St-Pierre affrontera l'Américain Carlos Condit, champion par intérim pendant la convalescence du Québécois.

Opéré au genou en 2011, le champion du monde a dû s'éloigner de l'octogone et surtout, céder son titre. Dans deux semaines, sans combat préparatoire, il tentera de reconquérir sa ceinture.

« La compétition d'arts martiaux, ça fait 28 ans que je fais ça. Le break (sic) a fait du bien. »

« Je suis de retour et j'ai plus de plaisir à faire ce que fais. »

Plus aucune trace de sa blessure au genou. Pas de protecteur spécial, ni même un bandage élastique.

« Je me sens comme si je n'avais jamais eu d'opération. Je suis à 100 %, encore mieux que j'étais auparavant. Mes jambes sortent mieux. Je suis plus explosif qu'avant. Je me sens mieux. »

Même si son métier l'amène un peu partout au monde, Georges St-Pierre habite toujours au Québec.

Son statut de champion du monde lui permet de travailler avec les meilleurs entraîneurs.

Ainsi, il travaille maintenant sa boxe avec Stéphane Larouche, mais on l'a aussi vu s'entraîner travailler avec un champion mondial de Jiu-Jitsu et il a fait venir deux grands de la boxe thaïlandaise.Invaincu depuis plus de 5 ans, ce sera la troisième fois seulement que George St-Pierre se battra à Montréal pour le titre.

Je n'ai pas vraiment plus de pression. La foule va être derrière moi, c'est le fun. C'est le même octogone, la seule chose, c'est que mes parents et amis peuvent être là pour me voir en direct, ce qui n'est pas toujours le cas quand je me bats ailleurs. »

S'il est à l'aise de pouvoir dormir à la maison et de s'entraîner chez lui, c'est sa routine d'après-combat qui est modifiée.

« Après le combat, il va falloir que je m'en aille quelque part prendre de petites vacances au lieu de revenir ici comme quand le combat est ailleurs. »

« Parce que le combat est ici, il va falloir que je me sauve pour pouvoir décrocher... »

PLUS: