NOUVELLES
01/11/2012 02:16 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

Le gaz naturel serait plus dispendieux que Muskrat Falls

SAINT-JEAN, T.-N.-L. - Le gouvernement Terre-Neuve-et-Labrador affirme qu'il serait trop risqué et dispendieux de se fier au gaz naturel pour combler les besoins énergétiques futurs de la province.

Une nouvelle étude réalisée par le Ziff Energy Group de Calgary n'est que la plus récente à appuyer le mégaprojet hydroélectrique de Muskrat Falls au Labrador, d'une valeur de 7,4 milliards $.

Le gouvernement avait demandé à Ziff d'examiner deux options: acheminer du gaz naturel par gazoduc depuis des sites d'hydrocarbures en mer, et importer du gaz naturel liquéfié pour alimenter une centrale à Holyrood.

L'étude conclut qu'un gazoduc en mer coûterait 4,1 milliards $ de plus que Muskrat Falls, et qu'il risquerait d'être endommagé par des icebergs.

Quant à l'achat de gaz naturel sur les marchés internationaux par la petite île, cela coûterait 2,3 milliards $ de plus que le projet hydroélectrique.

La veille, un rapport rédigé par Manitoba Hydro International concluait que la production d'énergie éolienne ou thermique coûterait 3,5 milliards $ de plus sur 50 ans que le barrage hydroélectrique sur le cours inférieur du fleuve Churchill, au Labrador.

Le gouvernement progressiste-conservateur a publié ces évaluations indépendantes cette semaine en réponse à ceux qui l'accusent de ne pas avoir complètement exploré d'autres options énergétiques.

La société de la Couronne Nalcor Energy et la société privée Emera (TSX:EMA) prévoient utiliser des câbles sous-marins pour acheminer l'électricité produite au Labrador jusqu'à l'île de Terre-Neuve, et jusqu'en Nouvelle-Écosse.

PLUS:pc