NOUVELLES
01/11/2012 03:05 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

La sécurité des juifs, une cause nationale, affirme le président français

TOULOUSE, France - Le président français et le premier ministre israélien ont rendu hommage, jeudi à Toulouse, à l'enseignant et aux trois enfants tués en mars lors de la fusillade à l'école juive Ohr Torah. François Hollande a déclaré que la sécurité des juifs de France était une «cause nationale», tandis que Benyamin Nétanyahou a salué sa détermination à lutter contre l'antisémitisme.

La cérémonie, qui s'est tenue dans l'école où s'est déroulé le drame le 19 mars, en pleine campagne présidentielle, a été marquée par l'émotion, les proches des victimes livrant des témoignages poignants.

M. Hollande, qui avait rencontré des enfants de l'école juste avant la cérémonie, a raconté que l'un d'eux lui avait demandé combien de temps encore des policiers protègeraient son établissement. «Autant de temps que nécessaire», a-t-il dit lui avoir répondu, avant d'ajouter: «Le but de la République, c'est qu'il n'y ait plus jamais aucun policier devant une école».

«Les juifs de France doivent savoir que la République met tout en oeuvre pour les protéger. La garantie de leur sécurité est une cause nationale», a déclaré le président lors de la cérémonie. Il a notamment assuré que l'antisémitisme serait «poursuivi par tous les moyens, partout où il se diffuse, en particulier sur les réseaux sociaux qui accordent l'anonymat à la haine».

«Contre le terrorisme, mon pays est sans faiblesse», a poursuivi François Hollande. Reconnaissant que la fusillade dans l'école juive et l'affaire Merah avait révélé «certaines failles dans l'organisation de notre renseignement», il a promis que toute la lumière serait faite. «Nous devons tirer toutes les leçons de cette tragédie et briser le plus tôt possible les engrenages qui conduisent au terrorisme.»

M. Hollande a tenu à rendre hommage aux autres victimes de Mohamed Merah. Avant la tuerie de l'école juive, trois militaires avaient été abattus à Toulouse et à Montauban. «Le terrorisme concerne tous les Français, car l'homme qui a assassiné des juifs dans cette école avait délibérément tiré quelques jours auparavant sur trois soldats. Trois hommes qui avaient choisi de servir la patrie et qui sont tombés parce qu'ils portaient l'uniforme de notre armée», a dit le président.

Accueilli par des «Bibi! Bibi!» scandés par les participants à la cérémonie, Benyamin Nétanyahou a lui aussi associé les trois militaires à cet hommage. Il a rappelé que «l'antisémitisme s'attaque toujours d'abord aux juifs avant de s'étendre aux autres». «Ce n'est pas par hasard si l'assassin de Toulouse a assassiné des juifs mais aussi des soldats français, chrétiens ou musulmans», a-t-il dit. Le premier ministre israélien a salué la détermination de François Hollande à lutter contre l'antisémitisme. Puis il a entonné le chant «Le peuple d'Israël vivra», repris en choeur par les participants.

La tuerie dans l'école juive, tout comme les meurtres des militaires de Toulouse et de Montauban, a été revendiquée par Mohamed Merah, un jeune Français se réclamant d'Al-Qaïda. Le jeune homme a été abattu au terme d'un long siège des forces de l'ordre autour de son appartement toulousain.

PLUS:pc