NOUVELLES
01/11/2012 09:03 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

Coupe d'Allemagne - Seize arrestations après Hanovre/Dresde

La police a procédé à 16 arrestations après des incidents qui ont fait plusieurs blessés mercredi lors du match de Coupe d'Allemagne entre les équipes de football de Hanovre et Dresde, a-t-on appris jeudi auprès de la police.

Hanovre (1re division) qui évoluait à domicile, s'est qualifié pour le troisième tour de la compétition grâce à sa victoire aux tirs au but face au Dynamo Dresde (2e division).

Des incidents ont opposé environ 300 supporteurs de Dresde aux forces de l'ordre, à la fois avant la rencontre et au coup de sifflet final, lorsqu'ils ont envahi la pelouse, déçus de la défaite de leur club.

"On a pu maîtriser la situation mais malheureusement certains supporteurs du Dynamo n'ont pas suivi les instructions de la police et n'ont rien fait pour améliorer leur mauvaise image", a déclaré le responsable de la police de Hanovre, Bernd Kirschning.

La Fédération allemande de football (DFB) a annoncé jeudi avoir ouvert une enquête suite aux incidents. Dresde pourrait être exclu de la Coupe d'Allemagne pour la prochaine saison. Des incidents impliquant ses supporteurs avaient déjà eu lieu en octobre 2011 lors d'un match de Coupe face à Dortmund et lui avaient valu une amende de 100.000 euros.

Le Dynamo de Dresde s'est dit "honteux et indigné" et a condamné les incidents. "Ce comportement d'un petit groupe (...) a de nouveau discrédité des milliers de fans non violents à travers tout le pays" a dit le club sur son site internet.

La violence semble s'accroître lors des rencontres de football en Allemagne, comme en témoigne les affrontements du 20 octobre dernier entre supporteurs de Schalke 04 et de Dortmund qui se sont soldés par 180 arrestations.

La Ligue allemande des clubs professionnels (DFL) travaille actuellement à un renforcement de la sécurité mais certains points des discussions, comme des fouilles plus poussées des spectateurs et des interdictions de stade de plus longue durée pour certains supporteurs, sont contestés par les clubs.

"Le projet n'est pas encore inscrit dans le marbre et sera totalement discuté avec toutes les parties prenantes", a expliqué le patron de la DFL, Andreas Rettig, à la chaîne publique ZDF.

"99% des fans ne sont pas concernés parce qu'ils sont non violents mais la tâche herculéenne à laquelle nous avons à faire face, c'est justement de faire cette distinction pour que tout le monde ne soit pas pénalisé", a-t-il ajouté alors qu'un sommet réunissant les clubs à ce sujet se tenait jeudi à Berlin.

ryj-clp/lg/jde

PLUS:afp