NOUVELLES
01/11/2012 01:43 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

Corruption: en plein scandale, le maire de Montréal se retire temporairement

Le maire de Montréal Gérald Tremblay a décidé de se retirer temporairement, alors qu'il est de plus en plus isolé en raison du scandale des marché publics truqués qui frappe son parti et son administration, a indiqué son cabinet jeudi.

"Le maire de Montréal a décidé de prendre quelques jours de repos. Il sera de retour à l'hôtel de ville lundi", a indiqué sur Twitter son attachée de presse, Martine Painchaud.

L'édile avait pourtant assuré mardi qu'il n'était pas malade et ne comptait pas observer de pause, soulignant l'ampleur de la tâche qui l'attend avant la fin de son mandat en novembre 2013.

Il réagissait alors à la déclaration d'un ancien cadre de son parti qui l'accusait d'avoir fermé les yeux sur le financement illégal de sa formation, accusée d'avoir tenu une caisse noire alimentée notamment par des proches de la mafia sicilienne.

Union Montréal, le parti de M. Tremblay, en poste depuis 2001, a organisé une comptabilité officieuse et une autre officielle afin de dissimuler l'origine douteuse de certains financements ainsi que l'utilisation réelle des fonds, avait déclaré Martin Dumont à une commission d'enquête publique.

Deuxième métropole francophone du monde, Montréal vibre depuis la rentrée au rythme des révélations faites devant cette commission chargée de faire la lumière sur les stratagèmes de corruption dans l'industrie du bâtiment et d'éclaircir leurs liens avec le financement de partis politiques.

Mais si même l'ancien bras droit de M. Tremblay est apparu comme un intermédiaire clé entre entrepreneurs criminels, dirigeants de la mafia et fonctionnaires corrompus, l'édile a constamment répliqué qu'il ne savait rien de ce qui se tramait à l'hôtel de ville.

Face à l'ampleur du scandale, la Première ministre indépendantiste du Québec, Pauline Marois, a indiqué mercredi que son gouvernement envisageait de lui demander de quitter ses fonctions.

sab/rap

PLUS:afp