NOUVELLES
01/11/2012 02:38 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

Après l'ouragan Sandy, la priorité dans le New Jersey: trouver de l'essence

Pour les habitants du littoral du New Jersey (est des Etats-Unis), frappé de plein fouet par l'ouragan Sandy, le problème numéro un est désormais de trouver de l'essence, quitte à passer des heures dans les files d'attente aux stations-service.

A Howell (nord du New Jersey), comme dans toutes les villes moyennes aux Etats-Unis, impossible de vivre sans voiture. Trois cent véhicules au moins s'alignent devant la station-service Wawa de la ville.

C'est à Howell que Steven Spielberg a tourné certaines scènes de son film "La guerre des mondes", où des Martiens envahissent la Terre, semant la mort et la dévastation.

Il faut attendre une heure en moyenne pour faire le plein. Et encore, disent les habitants, c'est mieux que juste après le passage de Sandy car de plus en plus de pompes rouvrent.

"Qu'est-ce qu'on peut faire? Rester à la maison à se geler sans électricité? Il vaut mieux rester dans sa voiture au chaud", explique Liz Bloodgood, qui patiente dans sa Mazda.

La plupart des gens sont de bonne humeur et peu tentent de resquiller. Liz Bloodgood dit qu'elle a vu un conducteur impatient essayer de doubler la file mais les autres conducteurs se sont ligués pour le faire rentrer dans le rang à coups de klaxon.

Le personnel de la station-service dirige les véhicules vers les pompes disponibles pour tenter d'accélérer la distribution. La police patrouille près de là pour éviter tout incident.

Brianne Glennon, 19 ans, avait fait le plein de sa Jeep à l'approche de Sandy. Elle n'a attendu qu'une heure et 10 minutes jeudi, mais elle a entendu dire que des gens avaient dû patienter trois heures juste après Sandy.

"Les employés demandent aux gens d'attendre et les guident, donc ça évite le chaos", dit-elle.

Mike Jones a tourné en rond pendant une heure et demi jeudi pour trouver une station ouverte et il a attendu encore trois heures avant d'accéder à une pompe pour faire le plein et remplir un jerricane. "C'est pas drôle et je vais devoir revenir mais impossible de faire autrement", soupire-t-il.

Le New Jersey n'autorise pas les automobilistes à faire eux-même le plein, ce qui, disent certains, a empêché certains stations de rouvrir plus tôt car leurs employés n'ont pas pu se rendre au travail pour cause d'ouragan.

A la station Wawa, la machine à payer par carte est en panne, il faut payer en liquide.

"Certains ont fait trois heures de queue pour s'apercevoir qu'ils ne pouvaient pas utiliser leur carte de crédit", déplore Steve Rogers, un des automobilistes.

Pour un autre Steve, qui conduit une Cadillac et refuse de donner son nom, il faut relativiser. "C'est un inconvénient mineur comparé à ce que vivent d'autres personnes" dont la maison a été inondée ou dévastée par Sandy.

Un des problèmes est que certaines stations ne sont plus alimentées en carburant car un oléoduc dans le nord du New Jersey a souffert des coupures de courant dues à Sandy, a indiqué Mary Goepfert, porte-parole du Bureau de gestion des crises de l'Etat.

A New York et dans ses environs aussi, les files s'allongent devant les stations-services mais la bonne nouvelle est que le port a rouvert et qu'il est désormais en mesure d'accueillir les cargaisons de carburant indispensables, selon le sénateur de New York, Chuck Schumer.

sct/avz/rap

PLUS:afp