NOUVELLES
31/10/2012 06:04 EDT | Actualisé 31/12/2012 05:12 EST

Washington rejette l'aide d'un militant islamiste aux victimes de Sandy

Les Etats-Unis ont rejeté mercredi l'aide proposée par le fondateur d'un groupe islamique basé au Pakistan, accusé d'avoir perpétré les attentats de Bombay en 2008, qui offrait ses services en direction des victimes de l'ouragan Sandy.

Hafiz Saeed, fondateur du groupe islamique Lashkar-e-Taiba (LeT), a indiqué dans un communiqué que son organisation caritative Jamaat-ud-Dawa (JuD) se tenait prête à aider les victimes de Sandy qui a déferlé sur la côte est des Etats-Unis lundi soir et fait au moins 48 morts dans le pays.

En avril dernier, les Etats-Unis avaient offert une récompense de 10 millions de dollars pour toute information conduisant à l'arrestation ou à la condamnation de Saeed, qui vit au Pakistan. Le LeT a également été désigné organisation terroriste étrangère par le département d'Etat.

Un porte-parole de la diplomatie américaine, Mark Toner, a réagi mercredi à cette offre et rappelé que le militant islamiste était recherché pour les attentats de 2008 qui ont fait 166 morts, dont six Américains.

"Nous avons un grand respect pour la tradition islamique d'aide à ceux qui sont dans le besoin, peu importe où ils se trouvent", a affirmé le porte-parole, ajoutant aussitôt: "mais cette offre en particulier est complètement vide à nos yeux".

Hafiz Saeed avait précisé dans le communiqué que son organisation JuD était prête à offrir toute l'aide possible en termes de "volontaires, docteurs, nourriture, médicaments et autres matériels humanitaires si le gouvernement américain nous le permet".

"L'Amérique peut avoir toutes les opinions qu'elle veut sur nous, elle peut fixer des récompenses, mais en tant qu'adeptes des enseignements du prophète Mahomet nous estimons qu'il est de notre devoir de musulmans d'aider les Américains frappés par une catastrophe" naturelle.

Saeed avait été placé sous résidence surveillée après les attentats de Bombay, avant d'être libéré, les tribunaux pakistanais décidant qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves contre lui.

jkb/sam/lor

PLUS:afp