NOUVELLES
31/10/2012 10:57 EDT | Actualisé 31/12/2012 05:12 EST

Une nouvelle guerre verbale éclate entre le maire Labeaume et ses cols bleus

QUÉBEC - Une nouvelle guerre verbale entre le maire de Québec, Régis Labeaume, et le syndicat de ses cols bleus a empêché mercredi la tenue d'une séance de négociation en présence de la conciliatrice nommée au dossier.

Les représentants syndicaux expliquent avoir été obligés de rencontrer les médias ce mercredi afin de réclamer des excuses du maire pour ses propos à l'endroit du syndicat et deux de ses membres et de faire le point au lendemain des propos en question.

Dimanche, deux arénas de Québec ont dû être fermés en raison de l'absence de deux employés qui se sont déclarés malades.

Mardi, le maire Labeaume a affirmé que personne ne croyait à cette maladie et qu'il était clair qu'il s'agissait de moyens de pression. Le maire Labeaume a qualifié de pleutres les dirigeants syndicaux et les a accusés de prendre la population pour des idiots alors qu'ils sont traités comme des rois.

Le syndicat qualifie ces propos d'insultes et affirme que les absences étaient pleinement justifiées.

L'un des deux employés a été placé en arrêt de travail pour une semaine par son médecin alors que l'autre avait été incapable de terminer son quart de travail le samedi en raison de malaises. L'employeur avait été avisé dès dimanche matin que les deux employés ne pourraient se présenter à leur quart de travail qui commençait en fin d'après-midi. Le syndicat affirme donc que c'est la Ville qui a omis de les remplacer.

Les représentants syndicaux disent ne pas comprendre pourquoi le maire Labeaume jette constamment de l'huile sur le feu. Bien qu'il se disent prêts à composer avec les esclandres du maire contre le syndicat, ils estiment que son comportement est indigne de ses fonctions lorsqu'il décide de s'en prendre à des individus.

-

PLUS:pc