NOUVELLES
31/10/2012 12:06 EDT | Actualisé 31/12/2012 05:12 EST

Un garde-frontière israélien acquitté de la mort d'un enfant palestinien

Un garde-frontière israélien soupçonné d'avoir tué par balles un enfant palestinien lors d'une manifestation en 2008 en Cisjordanie a été acquitté au bénéfice du doute, a-t-on appris mercredi de sources judiciaires.

Omri Abou a en revanche été reconnu coupable d'usage illégitime de son arme, pour avoir tiré des balles réelles contre les manifestants palestiniens et non des balles caoutchoutées, comme le prévoyaient les instructions militaires, selon une copie de la décision consultée par l'AFP.

La peine doit être prononcée en janvier.

"Il n'y avait ni justification ni autorisation de tir à balles réelles et l'accusé le savait", indique un des attendus du jugement, en soulignant qu'il avait mis un chargeur inutilisé dans son fusil d'assaut après le tir mortel pour dissimuler le fait qu'il avait ouvert le feu.

La juge a néanmoins dit "prononcer l'accusé innocent, au bénéfice du doute" d'avoir causé la mort, invoquant des contradictions dans les témoignages, les rapports médicaux et les expertises balistiques.

Hammad Moussa, né en 1997, a été tué lors des heurts le 29 juillet 2008 à Nilin entre manifestants jetant des pierres et soldats israéliens tirant à balles réelles, selon les services d'urgence palestiniens. Grièvement blessé à la tête par les tirs, l'enfant est décédé durant son transfert à l'hôpital.

Nilin est un des villages symboles de la lutte contre la barrière de séparation, accueillant chaque vendredi des manifestations de protestation, auxquelles participent des militants internationaux.

Présentée par Israël comme une "clôture antiterroriste", la barrière, qui doit s'étendre à terme sur 723 km, est qualifiée de "mur de l'apartheid" par les Palestiniens. Aujourd'hui longue de plus de 400 km, elle empiète sur la Cisjordanie.

Dans un avis rendu en 2004, la Cour internationale de justice a jugé cette barrière illégale et exigé son démantèlement, de même que l'Assemblée générale de l'ONU.

scw-sst/tp

PLUS:afp