NOUVELLES
31/10/2012 10:54 EDT | Actualisé 31/12/2012 05:12 EST

L'Iran répète avoir des images prises par un drone du Hezbollah au-dessus d'Israël

Le porte-parole des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime islamique, a affirmé mercredi que l'Iran avait obtenu des images de zones sensibles d'Israël prises par un drone du Hezbollah ayant survolé l'Etat hébreu, confirmant des déclarations en ce sens d'un député iranien.

"Le fait que nous ayons obtenu des images très nombreuses des zones qui sont importantes pour nous est la preuve que nous avons mené une mission réussie", a déclaré le général Ramezan Sharif.

Les Israéliens "doivent savoir que nous possédons les informations dont nous avons besoin sur les zones nécessaires pour une situation particulière", a ajouté le général iranien, laissant ainsi entendre que ces zones pourraient être la cible d'une riposte iranienne en cas d'attaque israélienne contre les sites nucléaires du pays.

Le président de la commission de défense du Parlement iranien, Esmaïl Kossari, avait déjà affirmé lundi que l'Iran était en possession d'images prises par le drone du Hezbollah au dessus d'Israël, ce qu'un cadre de l'armée israélienne avait immédiatement mis en doute.

"Je ne pense pas qu'il y ait eu d'appareil photo" à bord du drone, avait réagi lundi un officier du commandement Nord de l'armée israélienne, sous couvert d'anonymat, tout en reconnaissant qu'une "enquête est toujours en cours".

Le 6 octobre, un drone iranien, baptisé Ayoub, avait été envoyé par le Hezbollah libanais au dessus d'Israël, survolant la Méditerranée avant d'entrer dans le ciel israélien à proximité de la bande de Gaza.

Il avait été détruit par un avion de combat israélien au-dessus du nord du désert du Néguev, où se trouvent les installations nucléaires israéliennes.

La radio militaire israélienne avait précisé que le drone, qui ne transportait pas d'explosifs, avait survolé le territoire israélien pendant une demi-heure.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait déclaré à l'époque que le drone iranien, "assemblé et monté au Liban", avait "survolé des installations sensibles et importantes sur des dizaines de kilomètres jusqu'à ce que l'ennemi le repère près (du site nucléaire) de Dimona".

sgh/cnp

PLUS:afp