NOUVELLES
31/10/2012 02:19 EDT | Actualisé 31/12/2012 05:12 EST

Le Canada compte admettre entre 240.000 et 265.000 immigrants en 2013

Le Canada va admettre entre 240.000 et 265.000 immigrants en 2013, un nombre identique à celui des sept dernières années, a annoncé le gouvernement mercredi.

En faisant cette annonce, le ministre de l'Immigration, Jason Kenney, s'est dit "préoccupé" par des sondages selon lesquels les Canadiens seraient de moins en moins enclins à voir positivement l'impact de l'immigration sur l'économie et la culture du pays.

Il a invoqué le taux de chômage qui atteint 14% chez les immigrants -- contre 7,4% dans l'ensemble de la population -- comme argument pour "réformer le système" d'immigration au Canada. "Je comprends ce que les Canadiens nous disent. C'est pourquoi, nous n'augmentons pas les niveaux d'immigration", a-t-il déclaré à la presse.

Il a par ailleurs reconnu que diverses régions et secteurs industriels du pays connaissaient "une pénurie significative de main d'oeuvre" et que cette tendance allait s'accentuer dans les prochaines années.

"Nous voyons l'immigration comme un outil de notre prospérité future. Mais nous pouvons et nous devons mieux sélectionner ceux (les immigrants) qui peuvent réussir rapidement, s'intégrer rapidement, trouver de bons emplois et contribuer à la prospérité du pays", a-t-il précisé.

A ce propos, il a souligné que le nombre de personnes admises dans la "catégorie de l'expérience canadienne", qui favorise l'installation de "jeunes gens brillants", passerait de quelque 6.000 en 2012 à 10.000 personnes en 2013.

Créée en 2008, cette catégorie facilite la transition de la résidence temporaire à la résidence permanente de personnes qui possèdent une expérience de travail spécialisée au Canada, y compris les étudiants étrangers et les travailleurs étrangers temporaires.

M. Kenney a par ailleurs indiqué que pour s'intégrer les immigrants devaient respecter les valeurs canadiennes élémentaires, notamment "l'égalité entre les hommes et les femmes". "La tolérance du Canada ne va pas jusqu'à l'acceptation de certaines pratiques culturelles barbares, comme les crimes d'honneur, la mutilation des organes génitaux des femmes ou la violence à l'égard des épouses".

"Multiculturalisme ne veut pas dire relativisme culturel", a-t-il dit.

jl/sab/bdx

PLUS:afp