NOUVELLES
31/10/2012 05:25 EDT | Actualisé 31/12/2012 05:12 EST

L'aviation bombarde des positions rebelles à l'est de Damas (ONG)

L'aviation syrienne a bombardé mercredi la banlieue est de Damas, où les rebelles sont solidement retranchés, au lendemain d'une journée sanglante marquée par le premier raid d'un chasseur-bombardier sur Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Les avions de guerre ont mené cinq raids contre les régions agricoles autour des localités de Saqba et Douma (est) et de la fumée y était visible", selon cette organisation, basée en Grande-Bretagne, et qui s'appuie sur un réseau de militants et de sources médicales dans les hôpitaux civils et militaires à travers le pays. Il affirme que ses bilans recensent les victimes civiles, militaires et rebelles.

Les Comités locaux de coordination (LCC), qui regroupent des militants animant la contestation sur le terrain, ont confirmé les bombardements contre Douma, qui ont causé de nombreuses destructions.

Mardi, selon l'Observatoire, 30 civils, dont quatre femmes et cinq en enfants, et 13 rebelles ont été tués dans cette banlieue de Damas, par l'aviation, les tanks et les combats, selon l'OSDH. Au total 182 personnes, dont 95 civils, 47 soldats et 40 rebelles.

Dans la province d'Idleb, dans le nord-ouest du pays, des violents combats ont eu lieu entre soldats et rebelles qui ont attaqué des postes militaires sur l'autoroute près de Jisr al-Choughour.

Par ailleurs, dans cette province, des avions ont bombardé les localités de Deir Charqi, Maar Chemcha et Maaret al-Noomane, un ville stratégique située sur l'autoroute reliant Damas à Alep.

A l'est de cette localité, les rebelles et les jihadistes du Front al-Nosra tentaient toujours de prendre le contrôle de l'importante base militaire de Wadi Deif.

Dans l'est du pays, des combattants du Front al-Nosra sont aussi engagés dans une bataille à Deir Ezzor, où l'armée tente de reprendre des quartiers rebelles et l'aviation a bombardé la ville de Mohassen, qui est selon l'Observatoire une importante place forte des rebelles.

Plus de 36.000 personnes, en majorité des civils, ont perdu la vie en raison de la violence depuis le début du soulèvement en mars 2011 contre le régime de Bachar al-Assad, selon un nouveau bilan de l'Observatoire.

am-str/sk/sw

PLUS:afp