POLITIQUE
30/10/2012 04:24 EDT | Actualisé 30/12/2012 05:12 EST

Le gouvernement fédéral s'est fait voler pour 1,9 million $ de matériel, dont des armes

Alamy

OTTAWA - Le gouvernement fédéral s'est fait voler pour 1,9 million $ de matériel l'an dernier, notamment des véhicules, des ordinateurs portables, des téléphones intelligents, des appareils photos, des meubles, et même plusieurs dizaines d'armes militaires.

Des rapports fédéraux révèlent que d'autres biens gouvernementaux, y compris quelque 2700 autres armes, ont été perdus, endommagés ou détruits accidentellement, pour un total de 8,6 millions $ en pertes.

Une longue liste de biens perdus, volés, endommagés ou mal identifiés est contenue dans les comptes publics de l'année financière 2011-2012.

Les équipements informatiques et les téléphones intelligents BlackBerry ont été les objets les plus fréquemment volés ou perdus, soulevant des questions sur la sécurité des informations gouvernementales qu'ils contenaient.

Les pertes les plus surprenantes ont été signalées par le ministère de la Défense, qui a fait état du vol de 56 armes et accessoires, en plus de 491 articles décrits comme de «l'équipement militaire».

La Défense nationale parle également du vol de près de 8000 pièces d'équipement non militaire, 35 pièces d'équipement technique et six articles d'équipement de télécommunications, entre autres larcins.

Le ministère de la Défense a également indiqué que 2673 armes supplémentaires et 3804 biens militaires avaient été perdus ou endommagés accidentellement.

Une note interne préparée l'an dernier pour le commandant de l'armée de terre, et dont La Presse Canadienne a obtenu copie en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, mentionnait que la Défense avait de la difficulté à retracer ses armes et son équipement de surveillance et de ciblage, y compris des lunettes de vision nocturne.

La note, datée du 7 septembre 2011 et adressée au lieutenant-général Peter Devlin, mettait en garde contre l'«écart important» entre les listes de l'armée et le système d'approvisionnement de l'ensemble des Forces canadiennes. La note précise que la liste principale «correspond aux équipements achetés».

Le problème a été attribué en partie au grand nombre de missions outremer, y compris la guerre en Afghanistan, qui n'offraient pas assez de temps aux services d'approvisionnement de l'armée pour compléter leurs démarches administratives.

La note, partiellement caviardée, ne mentionne pas de vols, mais recommande au lieutenant-général Devlin d'ordonner une vérification complète des stocks de l'armée.

Les comptes publics fédéraux indiquent que le gouvernement fédéral s'attend à ne récupérer aucun des biens volés ou perdus en vertu d'autres activités illégales, et moins de 15 pour cent du matériel perdu ou endommagé accidentellement.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les faits saillants du budget 2012