NOUVELLES
30/10/2012 08:40 EDT | Actualisé 30/12/2012 05:12 EST

Sandy: Obama informé "toute la nuit", en contact avec les Etats touchés

Barack Obama a été tenu au courant "toute la nuit" des développements de Sandy, et s'est entretenu avec des dirigeants de New York et du New Jersey, les deux Etats parmi les plus touchés par l'ouragan, a annoncé mardi un responsable de la Maison Blanche.

"Pendant toute la nuit, le président a reçu des mises à jour sur les conséquences de Sandy", a expliqué ce responsable sous couvert d'anonymat.

De même source, "le président a aussi parlé avec le gouverneur de New York (Andrew) Cuomo, celui du New Jersey (Chris) Christie, le maire de New York Michael Bloomberg" entre autres.

"Le président participera à une nouvelle réunion" consacrée à Sandy en matinée, selon le responsable.

M. Obama a interrompu sa campagne lundi matin et n'avait aucune réunion électorale prévue mardi, une semaine avant la présidentielle du 6 novembre, quand il remettra son siège en jeu face au républicain Mitt Romney.

L'un des lieutenants de ce dernier est justement M. Christie, qui a chanté mardi matin les louanges de M. Obama. Le président a déclaré mardi matin un état de "catastrophe majeure", notamment dans le New Jersey et à New York, mettant les ressources de l'Etat fédéral à disposition des autorités locales.

"Le président a été formidable. Je lui ai parlé trois fois hier, il m'a appelé la dernière fois à minuit pour me demander ce dont j'avais besoin, et je lui ai demandé d'accélérer la déclaration de catastrophe majeure", a expliqué M. Christie sur la chaîne MSNBC. Il a assuré que M. Obama lui avait donné son numéro à la Maison Blanche.

Selon M. Christie, qui n'a pas ménagé ses critiques contre le président démocrate sortant pendant la campagne, M. Obama "n'a pas parlé une seule fois des élections". "Si lui-même, qui est candidat, n'en parle pas, vous pouvez être sûr que les habitants du New Jersey ne s'y intéressent pas non plus", a ajouté le gouverneur sur CNN.

Lundi, en appelant ses compatriotes à obéir aux ordres d'évacuation, M. Obama avait assuré ne pas être préoccupé dans l'immédiat par les effets éventuels de l'ouragan sur l'élection.

tq/are

PLUS:afp